in

Face à la pollution, les bars à oxygène se multiplient en Inde

bar à oxygène Inde pollution New Delhi
Capture YouTube : "Inde : un bar à oxygène pour échapper à la pollution atmosphérique"/France 24

De novembre à février, les habitants de New Delhi se préparent au « Delhi smog », un brouillard de pollution de plus en plus épais, responsable de nombreux symptômes respiratoires, voire de décès prématurés. Face à ce constat alarmant, des bars à oxygène commencent à se développer dans la capitale.

New Delhi, la capitale la plus polluée au monde

D’après l’ONG Greenpeace et l’organisme de surveillance de la qualité de l’air IQAir, depuis 2021, 44 000 habitants de New Delhi seraient décédés des suites de la pollution atmosphérique. En novembre 2022, le niveau de particules fines aurait ainsi été 20 fois plus élevé que celui fixé par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Depuis, la qualité de l’air dans la capitale indienne ne cesse de se dégrader.

Trois causes majeures

Trois activités sont tenues pour responsables de cette pollution alarmante : la circulation routière intense, les rejets industriels et les fumées agricoles des brûlis des régions voisines. En effet, chaque année en novembre, les agriculteurs de l’état du Punjab brûlent de la chaume pour nettoyer leurs champs après la moisson, générant des fumées sans précédent parvenant rapidement jusqu’à la capitale.

Si l’hiver est la saison la plus polluée, c’est que la baisse des températures a pour effet de stocker les particules fines dans l’atmosphère.

trafic routier intense Inde pollution voitures brouillard
©Saurav Purkayastha/iStock

Face à la pollution critique, des bars à oxygène se multiplient à New Delhi

Chaque hiver, les habitants de New Delhi s’exposent à un brouillard de pollution de plus en plus inquiétant, qui n’est pas sans effet sur leur santé. Et pour cause : outre les problèmes respiratoires et les maladies, de plus en plus de morts prématurées se seraient déclarées dans la capitale, non sans lien avec la pollution de l’air

Face à ce grave enjeu environnemental, des bars à oxygène ont vu le jour dans la ville, proposant aux New Delhiens de respirer un peu d’air pur le temps d’un quart d’heure réconfortant. À la carte de ces établissements insolites : un shot d’oxygène à choisir nature ou parfumé (cannelle, lavande, orange, etc.), d’une valeur équivalente à sept dollars les quinze minutes.

Ajay Jonhson, propriétaire du premier bar à oxygène de New Delhi, indique les bienfaits de cette pratique :

À New Delhi, l’indice de la qualité de l’air est régulièrement dangereux pour la santé. Cette séance d’absorption d’oxygène permet non seulement de détoxifier l’organisme, mais aussi de détendre le corps.

Les bienfaits de ces produits n’ont toutefois pas encore été prouvés scientifiquement.

Quels sont les symptômes liés à la pollution de l’air ?

Bien que les symptômes varient selon le type de polluants présents dans l’air et la durée d’exposition, certains d’entre eux sont récurrents :

  • Irritations respiratoires : toux persistante, exacerbation des problèmes respiratoires existants, gorge irritée, congestion ou écoulement nasal.
  • Symptômes oculaires : irritation des yeux, larmoiement excessif, rougeurs.
  • Problèmes respiratoires : essoufflement, difficultés à respirer, aggravation des maladies pulmonaires existantes.
  • Symptômes cardiovasculaires : aggravation des problèmes cardiaques existants, palpitations, hypertension.
  • Fatigue : malaise, faiblesse, fatigue générale.
  • Symptômes neurologiques : maux de tête, vertiges, problèmes de concentration.
  • Réactions allergiques : exacerbation des allergies existantes, réactions cutanées.
  • Effets à long terme : développement ou aggravation des maladies respiratoires chroniques, risques accrus de maladies cardiovasculaires, effets néfastes sur le système nerveux.

Bien qu’elle remporte le titre de capitale la plus polluée au monde, New Delhi est loin d’être la seule ville frappée par les émissions. D’ailleurs, selon une étude, seulement 0,001% des humains respireraient un air sans pollution

enfant masque air pollution respirer Inde New Delhi
©Undefined Undefined/iStock