in

Barrage de Mossoul : L’Irak menacée par un tsunami dévastateur ?

Crédits : Pixabay

Nous le savons tous, l’Irak est un pays en partie contrôlé par les forces de l’État Islamique. Cependant, il semblerait qu’une autre menace existe, exposant la population à un désastre sans précédent dans le pays. Le barrage de la ville de Mossoul comporte une brèche, source de toutes les inquiétudes.

En février 2016, les États-Unis ont fait appel au monde entier pour prévenir une véritable catastrophe humanitaire qui se produirait en cas d’effondrement du barrage de Mossoul, dans le nord de l’Irak, où vivent environ trois millions de personnes.

Près d’une année plus tard, une enquête du quotidien américain New Yorker exprime d’autres craintes, ne permettant que très peu d’espoir de voir la situation s’améliorer. Le cas du barrage de Mossoul a commencé à se dégrader lorsque les soldats de Daech ont réussi à en prendre possession en 2014.

Ces derniers ont vu un moyen d’augmenter considérablement les dégâts causés et se sont mis à bombarder le barrage avant que les États-Unis ne fassent appel en urgence aux Kurdes dans le but de le récupérer, chose qui a été faite dans la dizaine de jours suivante. Il faut savoir que le barrage d’une centaine de mètres de haut retient environ 11 milliards de mètres cubes d’eau, assez pour créer une vague capable de ravager Mossoul et d’autres villes en aval.

(Crédits : Wikimapia)

Cependant, durant les mois suivants, des experts américains ont évalué la situation du barrage et ce qu’ils ont découvert est très problématique. Construit dans ce but, le barrage de Mossoul est capable de résister à des bombardements aériens, mais là n’est pas le souci. Celui-ci est en revanche placé sur un sol instable (de la roche soluble) selon Azzam Alwash, un ingénieur américano-irakien. Ceci implique de maintenir continuellement les fondations du barrage en injectant régulièrement du ciment dans la roche. L’édifice pourrait alors se fissurer et s’effondrer si cette maintenance s’arrêtait.

« C’est une bombe nucléaire avec un fusible imprévisible », déclare Azzam Alwash.

Au-delà de l’énorme vague que l’effondrement du barrage produirait, il faut également savoir que cette immense installation fournit de l’électricité à une grande partie de la région, ainsi que de l’eau en grande partie nécessaire à l’irrigation.

Mossoul serait violemment frappée en moins de trois petites heures et Bagdad, la capitale située à 400 km au sud, pourrait être touchée par une vague de 14 mètres quatre jours après l’effondrement !

Sources : New YorkerEurope 1