in

Sans action rapide, les baleines noires vont disparaître…

Crédits : futura-sciences

Après une année particulièrement meurtrière, les autorités fédérales américaines ont révélé le cas très inquiétant des baleines noires de l’Atlantique Nord, vouées à disparaître sans l’adoption rapide de mesures pour protéger l’espèce.

La baleine noire de l’Atlantique Nord compte parmi les mammifères marins les plus rares au monde. On ne dénombre aujourd’hui plus que 450 individus. Près d’une vingtaine de ces baleines ont péri cette année, principalement à cause des collisions avec les navires et l’empêtrement dans les filets de pêche. Les femelles semblent également durement touchées. Il n’en resterait plus qu’une centaine en âge d’avoir des baleineaux. « La situation est si critique que les responsables gouvernementaux canadiens et américains doivent se faire à l’idée que sans leur intervention immédiate, la population de baleines noires ne pourra pas se rétablir, prévient l’administrateur régional de la NOAA John Bullard. C’est quelque chose que nous ne pouvons pas laisser se produire ».

Les baleines noires mettent bas dans les eaux tempérées du sud avant de se diriger vers le Canada et l’État américain de la Nouvelle-Angleterre chaque printemps et été pour se nourrir. Toutes les morts recensées cette année sont survenues au large du Canada et de la Nouvelle-Angleterre, note le rapport. Une récente étude publiée dans le journal Scientific Reports de Nature indique également que les baleines se déplacent davantage, quittant des zones protégées en quête de nourriture. Les seraient ainsi des proies plus faciles pour les chasseurs. Une autre étude parue le mois dernier dans le journal Endangered Species Research indique par ailleurs que le stress causé par les passages incessants de navires nuisait à la capacité des baleines à se reproduire.

La NOAA a appelé à la mise en place de nouvelles mesures, mais pas seulement. Une étude de l’administration publiée en octobre préconisait de mettre en place un plan d’observation de la population des baleines sur le long terme, notamment, et d’étudier l’impact de la pêche commerciale sur ces cétacés.

Source