in

Ils ont créé une bague pour ressentir les battements du cœur de l’être aimé

Crédits : thetouchx.com

Un nouvel objet connecté voit le jour, lequel est destiné aux couples qui doivent faire face à l’absence de l’autre, qu’il soit en voyage ou tout simplement au travail. Grâce à ces bagues, vous pourrez en effet ressentir les battements du cœur de l’être aimé, lequel ressentira les vôtres.

« Depuis les 6 000 dernières années, les bagues n’étaient que des petits cercles de métal. Jusqu’à maintenant« , peut-on lire sur le site de The Touch, la société qui commercialise les HB Rings (Heartbeat rings), ces bagues qui vibrent en harmonie avec le battement du cœur de l’être aimé lorsqu’il est absent. Une idée partie d’une vieille croyance de l’Antiquité qui veut que l’on porte l’alliance au quatrième doigt puisque c’est celui qui est directement relié au cœur.

Celle-ci a alors été prise à la lettre par la société. Fabriquée en acier inoxydable auquel on peut ajouter une touche d’or rose, la bague renferme un capteur de fréquence cardiaque capable de relever vos battements de cœur et les diffuser instantanément sur une autre bague, laquelle va alors s’allumer et vibrer en harmonie. Synchronisé via Bluetooth et une application mobile, le système permet aux deux personnes portant les bagues de rester connecter l’une à l’autre, à distance.

heart-beat-ring-hb-thetouch-13
Crédits : thetouchx.com

Ces « bagues les plus sophistiquées au monde« , comme le dit la promesse du fabricant, renferment une petite centaine de composants et ont nécessité environ deux ans et demi de recherche et développement. Il existe pour le moment deux modèles distincts à la vente, le premier, noir et en acier inoxydable, au tarif de 599 dollars la paire garantie deux ans, et le second, en acier inoxydable agrémenté d’or rose, au tarif de 2 990 dollars la paire qui elle est garantie dix ans.

Pour obtenir plus d’informations concernant ces bagues d’un nouveau genre, vous pouvez visiter le site du fabricant en suivant ce lien.

Source

Avatar

Rédigé par David Louvet-Rossi