in

Avons-nous besoin d’un nouveau vaccin contre la coqueluche ?

Crédit : whitesession / Pixabay

De nouvelles recherches suggèrent que la bactérie responsable de la coqueluche est en train d’évoluer pour être plus résistante. Nous pourrions même avoir besoin d’un nouveau vaccin.

La coqueluche est une infection respiratoire causée par la bactérie Bordetella pertussis. Si le nombre de cas a fortement baissé grâce à la vaccination généralisée des jeunes enfants, la maladie est toujours bien présente. On estime aujourd’hui à plus de 40 millions le nombre de cas annuels à travers le monde, et à 300 000 le nombre d’enfants qui en décèdent.

Certains pays enregistrent même une recrudescence de la maladie. C’est notamment le cas de l’Australie qui, entre 2008 et 2012, a essuyé une grande épidémie (140 000 cas recensés).

Comment expliquer ce retour de la maladie ? Une étude publiée dans la revue Vaccine par des chercheurs de l’Université de Nouvelle-Galles du Sud nous donne une piste. Certaines souches isolées au cours de cette épidémie australienne avaient en effet évolué pour devenir plus sournoises.

De bactérie à super-bactérie

Au cours de leurs analyses, les microbiologistes expliquent en effet avoir identifié deux évolutions majeures.

D’une part certaines bactéries semblent produire moins de protéines immunogènes. Ce sont elles qui normalement alertent le système immunitaire de la présence du pathogène et déclenchent une réponse défensive. D’autres part, certaines souches ont également développé plus de protéines de liaison aux nutriments et de transport, ce qui améliore la capacité des bactéries à “se nourrir” de leur hôte.

Le plus inquiétant, c’est que ces deux évolutions ont permis aux bactéries de survivre même si les personnes concernées avaient été vaccinées.

« En termes simples, les bactéries qui causent la coqueluche se cachent et se nourrissent de mieux en mieux. Elles se transforment en superbactéries », résume Laurence Luu, principal auteure de l’étude.

coqueluche
Bactéries Bordetella pertussis vues au microscope. Crédits : Sanofi Pasteur/Flickr

Les chercheurs rappellent que les vaccins actuels doivent bien évidemment toujours être appliqués. De manière générale, ils restent en effet très efficaces. En revanche, au regard de ces derniers résultats, ils soutiennent qu’un nouveau vaccin devra probablement être développé au cours de la prochaine décennie.

Rappelons qu’en France, la vaccination des enfants contre la coqueluche est obligatoire dès l’âge de deux mois depuis le 1er janvier 2018.

Elle consiste en deux injections à 8 semaines et 16 semaines, suivies d’un rappel à 11 mois avec un vaccin coquelucheux acellulaire associé aux vaccins tétanos, diphtérie, poliomyélite, Haemophilus b et hépatite B. Des rappels sont ensuite recommandés à l’âge de 6 ans, de 11-13 ans et de 25 ans.

Articles liés :

Pourra-t-on bientôt “vacciner” les plantes contre les virus ?

Bientôt un vaccin contre le mélanome ?

La France est désormais championne du monde des anti-vaccins