in

Avis de tempête : l’ex-ouragan Lorenzo aborde l’Europe ce jeudi

L'ex-Lorenzo à la mi-journée du 2 octobre. Crédits image : fvalk.com.

Si Lorenzo a perdu ses caractéristiques tropicales au cours des dernières 24 heures, l’ex-ouragan va tout de même apporter des conditions tempétueuses ce jeudi et vendredi. C’est principalement l’Irlande et l’Angleterre qui sont exposées. En France, on attend un passage venteux et pluvieux classique – lequel concernera essentiellement la moitié nord. 

Dans la nuit du 28 au 29 septembre, Lorenzo devenait un ouragan de catégorie 5 sur l’échelle de Saffir-Simpson. Il s’agit du niveau maximal avec des vents moyens dépassant les 250 km/h et des rafales de plus de 300 km/h. Une caractéristique exceptionnelle compte tenu de son positionnement très au nord-est du bassin atlantique. En effet, jamais un cyclone tropical n’avait atteint une telle intensité dans cette zone géographique.

ouragan Lo
Image satellite MODIS capturant l’ouragan Lorenzo à la mi-journée du 2 octobre alors qu’il perdait ses caractéristiques tropicales. Crédits : EOSDIS Worldview.

Lorenzo s’octroie une visite aux Açores 

Au cours de cette phase d’intensification rapide, le phénomène qui suivait initialement un cap nord-ouest a bifurqué vers le nord. Puis, peu de temps après, vers le nord-est. Une orientation qui l’a mené vers les Açores dans la nuit de mardi à mercredi. La pluie et le vent se sont déchaînés sur l’ouest de l’archipel même si entre-temps Lorenzo fut rétrogradé en ouragan de catégorie 2. Des rafales dépassant les 170 km/h ont été mesurées. Une valeur non-officielle de 206 km/h a même été avancée. Elles se sont accompagnées de précipitations localement diluviennes et d’une très forte houle – jusqu’à plus de 15 mètres.

Selon les premières estimations fournies mercredi, il n’y aurait pas de dégâts majeurs. Un bilan provisoire à confirmer durant les prochains jours. Mais il ne fait aucun doute que le passage du phénomène à l’extrémité ouest des îles a permis d’éviter le pire.

ouragan Lorenzo
Historique de la zone concernée par des vents entre 63-118 km/h (orange) et >118 km/h (rouge) tout au long de la vie de Lorenzo. Notez son passage à l’ouest des Açores qui ont ainsi évité le pire. Crédits : National Hurricane Center.

En poursuivant sa route vers le nord, les eaux de mer de plus en plus froides et la proximité au courant-jet nord-atlantique ont continué à l’affaiblir. Comme pour la plupart des phénomènes tropicaux s’aventurant dans la circulation des moyennes latitudes, il a subi une transition extratropicale. Dit autrement, son moteur convectif – lié à la dynamique orageuse – a progressivement été remplacé par un moteur barocline – lié aux contrastes horizontaux de température. Aussi, Lorenzo a fini par développer des caractéristiques frontales analogues aux dépressions tempérées classiques.

Conditions tempétueuses attendues sur les Îles Britanniques

À l’heure actuelle, Lorenzo a terminé sa transition et n’est donc plus un phénomène tropical – d’où l’appellation ex. La nouvelle structure qui en découle reste néanmoins associée à des vents puissants. Elle prend désormais la direction des Îles Britanniques où une tempête est attendue ce jeudi et vendredi. Des rafales pouvant ponctuellement dépasser les 130 km/h et une houle avoisinant la dizaine de mètres affecteront l’Irlande. L’Angleterre sera moins exposée bien que des rafales proches des 100 km/h soient prévues au sud-ouest du pays. En outre, de fortes précipitations accompagneront cette perturbation.

ouragan trajectoire
Trajectoire prévue de l’ex-Lorenzo d’ici vendredi soir. Les zones en orange et rouge indiquent la largeur du champ de vent associé à l’ouragan. Pour la légende des couleurs, voir la figure précédente. Le centre dépressionnaire est prévu se dissiper au sud-ouest de l’Angleterre d’ici vendredi soir. Crédits : National Hurricane Center.

En France, on attend un passage venteux et pluvieux bien plus banal – lequel concernera essentiellement la moitié nord. Notons tout de même l’arrivée d’une houle de 5 à 7 mètres en Manche où le vent approchera les 80 km/h et de 3 à 5 mètres le long de l’arc atlantique. Samedi, les restes du phénomène atteindront l’Europe centrale où ils se dissiperont progressivement d’ici la fin du week-end. À ce stade, on peut dire qu’il sera difficile de reconnaître la trace de celui qui fut quelques jours plus tôt l’exceptionnel Lorenzo.

Articles liés :

Les États-Unis pourraient perdre cette barrière de protection naturelle contre les ouragans

Pour la première fois, l’influence des ouragans sur l’océan profond a été mise en évidence

Tempête hivernale exceptionnelle et précoce dans l’ouest des États-Unis : jusqu’à 1 m 30 de neige !