in

Un avion solaire a réussi à traverser l’Atlantique sans carburant

Crédits : Matth1 / Wikipédia

L’avion solaire Solar Impulse 2 a atterri jeudi matin peu après 7h30 à Séville, dans le sud de l’Espagne. Parti de New York lundi, il a ainsi accompli avec succès la traversée de l’Atlantique, dernière étape cruciale de son tour du monde avec le Soleil pour seul carburant. 

Parti le lundi 20 juin de l’aéroport de JFK à New York, l’avion qui avait pour seul carburant le soleil s’est posé ce jeudi matin aux alentours de 7h30 à Séville en Espagne, après un périple de 6272 kilomètres. Soit trois jours et trois nuits pour traverser l’Atlantique. Solar Impulse 2, c’est un avion qui fonctionne à l’énergie solaire en rechargeant ses batteries avec ses 17 000 cellules photovoltaïques, pas plus lourd qu’une voiture, mais avec l’envergure d’un Airbus.

Peu de temps avant que l’avion se pose, Bertrand Piccard, seul pilote de l’appareil déclarait “Je ne peux pas réaliser, c’est tellement fantastique”. Une étape historique dans l’aviation avec ce tout premier vol transatlantique à l’énergie solaire. Un vol qui était visible quasiment en direct sur internet avec de nombreuses caméras placées sur l’appareil. “L’avenir est propre et il commence maintenant !” a lancé Bertrand Piccard à son atterrissage, épuisé par ce long vol en solitaire à bord de l’avion qui ne peut transporter qu’un seul pilote.

 

Pour cette traversée qu’il à qualifiée de “parfaite”, il avait été guidé par une équipe d’ingénieurs et des météorologistes qu’il a chaudement remerciés en disant : “vous m’avez fait passer par le trou d’une aiguille entre les nuages”. Des ingénieurs grâce à qui, l’aéroplane aussi large qu’un Boeing 747 mais pesant seulement 1,5 tonne, a pu voler suffisamment longtemps à une vitesse moyenne de 50 km/h. Sa cabine, équipée de bouteilles d’oxygène pour permettre aux pilotes de respirer, n’est pas pressurisée. Le cockpit est toutefois recouvert d’une mousse isolante pour atténuer les températures extrêmes en vol, entre 40 et -40 degrés Celsius.

 

Solar Impulse 2 a entamé son voyage le 9 mars 2015 à Abou Dhabi (Émirats Arabes Unis) et fait étape dans de nombreuses villes comme Ahmedabad (Inde), Nanjing (Chine) ou Hawaï, la où il avait du faire une longue escale technique de près de dix mois pour régler des problèmes de batteries. Une pause qui a largement retardé son périple qui devait durer seulement cinq mois. Il s’était ensuite arrêté dans plusieurs villes des États-Unis comme San Francisco et Phoenix avant de partir de New York pour sa traversée de l’océan.

Source