in

Cet avion-oiseau a des ailes capables de s’adapter au vent

Crédits : Airbus

Le géant de l’aéronautique Airbus a lancé un nouveau projet qui consiste à mettre au point un avion basé sur le biomimétisme. Il est question d’appareils dont les ailes peuvent s’adapter en fonction des conditions induites par le vent.

S’adapter au vent pour gagner en aérodynamisme

Léonard de Vinci, Clément Ader ou encore George Cayley ont instauré le biomimétisme dans l’aviation. Ces hommes se sont inspirés de différents oiseaux tels que la grue cendrée capable d’effectuer de grandes distances. Citons également le vautour fauve, caractérisé par de hauts rendements énergétiques. L’une des applications que l’on peut aujourd’hui retrouver sur les avions est l’ailette « winglet » verticale au bout des ailes. Cela permet d’apporter un gain d’efficacité en réduisant la traînée induite par la portance, et ce, sans augmenter l’envergure de l’aile.

En 2022, le biomimétisme concernant les oiseaux est toujours présent dans l’aviation. Il s’agit d’ailleurs d’un créneau que le géant Airbus a emprunté avec son programme Biomimicry. L’objectif est ici d’« imiter les secrets les mieux gardés de la nature » au moyen de divers projets. L’un de ses projets est AlbatrossOne qui, comme son nom l’indique, s’inspire de l’albatros. Selon le constructeur, il est ici question d’utiliser des charnières « semi-aéroélastiques » plus flexibles et variables au niveau des ailes afin de s’adapter aux multiples conditions induites par le vent pour gagner notamment en aérodynamisme.

demonstrateur airbus 2
Crédits : Airbus

Un démonstrateur en version réduite

Selon un communiqué du 12 avril 2022, Airbus planche désormais sur un autre projet aux motivations très proches : eXtra Performance Wing. Comme pour AlbatrossOne, il a pour vocation d’obtenir une réaction instantanée au niveau des ailes d’un avion en réponse à l’environnement. Selon le fabricant, le principal objectif est d’augmenter l’efficacité de l’appareil et ainsi d’économiser du carburant. Airbus a déjà effectué des tests à l’aide d’un démonstrateur, à savoir la version réduite d’un Citation VII du constructeur Cessna.

Les ingénieurs ont ajouté à l’appareil divers éléments tels que des capteurs de turbulences et de courants aériens. Ces derniers ont pour mission d’obtenir des informations sur l’environnement afin de faire bouger d’autres éléments mobiles. Citons également la présence de destructeurs de portance (spoilers) sur le dos des ailes. Aussi, les ailes sont équipées de bords de fuite multifonctions adaptés à l’aérodynamisme global.

demonstrateur airbus
Crédits : Airbus

À Bristol (Royaume-Uni), Airbus teste actuellement son modèle réduit dans une soufflerie. Après analyse, les résultats de cette expérience devront déterminer la suite des événements. Le constructeur désire mettre au point une version grandeur nature du jet. Cet avion télécommandé sera également testé dans les airs avant une éventuelle démocratisation de ce concept, notamment au niveau des avions de ligne.