in ,

Aux États-Unis, les fermetures de centrales à charbon sauvent des milliers de vies

Une centrale électrique au charbon à Glenrock, dans le Wyoming. Crédits : J David Ake / AP

Les fermetures de centrales à charbon sont bénéfiques pour l’environnement, mais pas que. Aux États-Unis, des milliers de vies et de cultures ont été sauvées.

La production d’électricité par le charbon est en baisse aux États-Unis. En effet, plus de 330 unités de production ont été mises hors ligne entre 2005 et 2016. Dans le même temps, plus de 600 unités alimentées au gaz naturel ont été installées et activées. Jennifer Burney, chercheuse à l’Université de Californie (États-Unis), a profité de cette transition énergétique pour étudier les impacts locaux des arrêts des centrales à charbon.

Pour ce faire, la chercheuse a combiné les données de l’Environmental Protection Agency (EPA) sur la production d’énergie électrique avec des mesures par satellite prises pas la NASA. Elle a également étudié l’évolution des taux de mortalité des comtés concernés par ces fermetures de centrales grâce aux données des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies, ainsi que les rendements des cultures de ces régions.

Plus de 26 000 vies sauvées

Après analyses des données, la chercheuse suggère qu’entre 2005 et 2016, le passage au gaz a permis de réduire les niveaux de dioxyde d’azote et de dioxyde de soufre de 60% et 80%, respectivement.

En conséquence, plus de 300 millions de tonnes de dioxyde de carbone dans l’atmosphère auraient été économisées. Les bilans humains et agricoles sont également conséquents. Au cours de la même période, elle estime que les fermetures des centrales à charbon ont sauvé plus de 26 000 vies et 570 millions de boisseaux de maïs, de soja et de blé.

À l’inverse, elle estime également que les centrales à charbon laissées en service au cours de la même période ont contribué à 329 417 décès prématurés et à la perte de 10,2 milliards de boisseaux de cultures.

« Nous entendons beaucoup parler des impacts économiques globaux inhérents au passage du charbon au gaz naturel, mais les décisions à plus petite échelle peuvent aussi avoir des conséquences locales vraiment importantes, explique la chercheuse. L’analyse fournit un cadre permettant d’évaluer de manière plus approfondie les coûts et les avantages des investissements locaux dans les infrastructures énergétiques ».

charbon
La centrale électrique de Navajo, en Arizona, a cessé de fonctionner en novembre 2019. Crédits : King of hearts / Wikimedia Commons

Les fuites de méthane inquiètent également

Il est également utile de rappeler que l’exploitation du gaz naturel n’est pas non plus très “propre”. Ces unités rejettent effectivement moins de dioxyde de carbone que les centrales électriques à charbon, mais elles favorisent la libération dans l’atmosphère de méthane, un gaz à effet de serre beaucoup plus puissant.

On estime en effet que près de 8% de la production s’échappe des puits de gaz de schiste, du fait de rejets et de brûlages volontaires ou de raccords mal ajustés dans les réseaux de distribution.

Les détails de l’étude sont publiés dans Nature Sustainability.

Articles liés :

Est-ce le début de la fin pour le charbon ?

On nous mentirait sur les effets positifs des dentifrices au charbon

Charbon : 42% des centrales du monde ne seraient pas rentables