in

Automobile : un nouveau système pour réduire l’usure des pneus et augmenter les performances

Crédits : Doftek

Une start-up australienne a mis au point un système d’alignement actif des roues. Celui-ci permet d’énormes gains en termes de maniabilité et de performances. Tout d’abord testée en Formule 1 par un constructeur automobile, l’idée a été adaptée pour les véhicules de particuliers.

Une idée qui a fait son chemin

En février 2020, lors des essais de présaison de Formule 1 à Barcelone, le constructeur allemand Mercedes dévoilait le Dual Axis Steering (DAS). Il s’agissait d’un système donnant la possibilité au pilote de modifier l’alignement des roues en tirant sur le volant. L’objectif était d’offrir un gain de vitesse, mais également de limiter l’usure des pneus. Finalement, la Fédération internationale de l’automobile (FIA) bannira cette innovation qui aura duré seulement le temps d’une saison.

Néanmoins, comme l’explique un communiqué publié le 28 juillet 2020, l’idée a fait son chemin. En effet, la start-up australienne Doftek a mis au point un système similaire destiné aux véhicules lambda. Il s’agit de l’Active Wheel Alignment System (AWAS), dont le but est d’ajuster le parallélisme des roues, leur inclinaison ainsi que leurs angles. L’AWAS peut être monté aussi bien à l’arrière qu’à l’avant du véhicule sur le système de suspension existant. Plutôt léger et compact, il s’agit actuellement du seul dispositif capable d’adapter et de contrôler l’alignement des roues en temps réel.

doftek dispositif roues
Crédits : Doftek

De nombreux avantages

Selon Doftek, ces changements subtils permettent d’améliorer le rendement énergétique et de réduire les émissions de CO2. L’innovation génère également une réduction de 10 % de la résistance au roulement et une réduction de la température des pneus. Quant à la tenue de route, celle-ci augmente de 29 %. Geoff Rogers, PDG de Doftek, rappelle que les voitures actuelles sont très sophistiquées, disposant d’un contrôle électronique sur à peu près tout. En revanche, l’alignement échappait encore à ce contrôle.

La start-up explique que son système est particulièrement efficace sur autoroute, c’est-à-dire lorsque la vitesse et la contrainte sur les pneus sont à leur maximum. Par ailleurs, une plus faible usure des pneus permet de générer moins de déchets et de pollution. Or, il faut savoir que les pneus émettent beaucoup plus de particules fines que les pots d’échappement.

Rappelons que cette technologie n’est pas nouvelle, même sans considérer les tests en Formule 1 de cette année. En effet, équipementiers et constructeurs travaillent sur l’idée depuis le milieu des années 2000. En revanche, les gains énergétiques étaient faibles en raison du poids, mais aussi du coût des équipements, des problèmes que Doftek semble avoir réglés. Enfin, si le prix d’un tel système reste encore inconnu, nous savons que la start-up cible dans un premier temps les véhicules haut de gamme, mais également les véhicules électriques et autonomes.