L’autoconsommation a le vent en poupe (ou peut-être devrions-nous dire le « vent solaire en poupe » ?). Les panneaux photovoltaïques sont effectivement les moyens les plus privilégiés pour produire et utiliser sa propre électricité. On parle alors plus particulièrement d’autoconsommation solaire. Des économies sur la facture d’électricité peuvent alors être attendues. Mais qu’en est-il précisément et pour quel public ? Retrouvez la réponse dans cet article.

L’autoconsommation solaire : pour qui ?

L’énergie que vous fournit le soleil est abondante et gratuite. Les panneaux photovoltaïques permettent de la capter, puis de la convertir en courant exploitable par nos appareils. Si les champs de panneaux solaires se développent au fil des années et procurent de l’énergie à plusieurs foyers, il reste tout à fait possible d’en installer sur sa propriété. Toutefois, un choix devra être fait entre revendre toute l’électricité produite ou l’utiliser pour son propre usage. C’est dans ce second cas que l’on parle d’autoconsommation solaire.

Crédits : PublicDomainPictures / Pixabay

Cette pratique est plus avantageuse pour certains types de logements français. Une maison située dans le Midi avec une toiture inclinée au sud dégagera généralement plus d’électricité qu’un logement lillois par exemple. D’autre part, les installations domestiques sont très importantes. Il est en effet bien plus profitable d’opter pour l’autoconsommation photovoltaïque quand on dispose d’un chauffage et d’une cuisinière électriques ou d’une climatisation solaire. Cette dernière technologie se développe de plus en plus. Tout en étant plus respectueuse de l’environnement que la climatisation classique, elle permet de refroidir le logis durant les étés qui s’annoncent toujours plus chauds chaque année. En tout, la part d’autoconsommation peut combler 25 % des besoins globaux d’un foyer !

Quelle économie attendre ?

La première source d’économie vient des aides de l’État fournies au particulier afin de les encourager à installer des panneaux solaires sur leur propriété. Leur mise en place ouvre le droit à une « prime à l’autoconsommation photovoltaïque ». D’autres aides sont proposées, comme un taux de TVA réduit, un prêt à taux zéro ou « Ma Prime Rénov’ ». Les collectivités locales peuvent aussi donner des coups de pouce aux particuliers. Notons toutefois que la majorité de ces incitations sont conditionnées à l’appel de professionnels disposant de la qualification RGE (Reconnu Garant de l’Environnement).

Tesla panneaux

Crédits : Tesla

Les projets d’autoconsommation qui utilisent toute l’énergie solaire pour se passer totalement d’apport extérieur sont plutôt onéreux. Il faut effectivement stocker l’excédent de courant grâce à une batterie. Celle-ci devra être assez grande et performante pour prendre le relais en cas de mauvais temps ou la nuit. Dans la majorité des installations néanmoins, le surplus d’électricité produit en journée est vendu aux fournisseurs d’énergie. L’État oblige l’achat du courant provenant des panneaux solaires des particuliers. Cela permet de rentabiliser leur installation et d’adoucir les augmentations du prix de l’énergie. Les tarifs de vente sont bloqués sur vingt ans à l’implantation des panneaux photovoltaïques avec une évolution chaque trimestre.

Rien qu’avec la baisse des factures d’énergie, il est possible d’économiser jusqu’à 1000 euros sur une année, et ce, sans compter la revente de l’énergie produite. Il s’agit donc d’une belle somme quand on sait que le prix de l’énergie risque de grimper ces prochaines années.