in

Australie : et si l’on redonnait la vie au tigre de Tasmanie ?

Deux Thylacines. Crédits : Smithsonian Institution

Le tigre de Tasmanie est une espèce disparue il y a près d’un siècle. Une université australienne a toutefois récemment affirmé avoir reçu un important don dans le cadre de recherches très particulières pour « ressusciter » le tigre de Tasmanie.

Un tout nouveau laboratoire

Le tigre de Tasmanie était un marsupial carnivore dont les dimensions étaient proches de celles du loup. Cet animal de la même famille que le célèbre diable de Tasmanie caractérisé principalement par son pelage tigré est apparu sur Terre il y a quatre millions d’années selon certaines études. Ses proies favorites étaient les kangourous, les wallabies ainsi que certaines espèces d’oiseaux nichant à même le sol.

En Australie, après les années 1830, des primes ont été offertes par les éleveurs de moutons aux personnes qui chassaient le tigre de Tasmanie (ou thylacine). Cet animal a également subi l’impact de la concurrence avec chiens errants et les dingos, ainsi que de certaines maladies. La déforestation a également joué un important rôle dans son déclin. Suivant diverses sources, le dernier tigre de Tasmanie aurait vécu en 1933 ou en 1936.

Dans un communiqué officiel du 1er mars 2022, l’Université de Melbourne (Australie) a indiqué désormais bénéficier d’un apport de cinq millions de dollars dans le but de créer un nouveau laboratoire. Son nom ? Le Thylacine Integrated Genetic Restoration Research (TIGRR) Lab. L’objectif sera de développer des technologies afin de ressusciter le tigre de Tasmanie, mais également d’autres mammifères endémiques de l’Australie aujourd’hui éteints.

tigre tasmanie
Crédits : National Archives of Australia / Wikipedia

Quarante espèces endémiques disparues en deux cents ans

« Notre projet de recherche propose neuf étapes clés pour la ‘désextinction’ du thylacine. L’une de nos plus grandes percées a été le séquençage du génome du thylacine, fournissant un plan complet sur la façon de reproduire l’essentiel de l’animal », expliquent les scientifiques.

Selon les chercheurs, le tigre de Tasmanie fait partie de la quarantaine d’espèces de mammifères australiens ayant disparu au cours des deux derniers siècles. Il faut savoir qu’à l’origine, cet animal était plutôt commun en Australie et en Nouvelle-Guinée avant de disparaître de ces contrées, il y a trois mille ans. Le tigre de Tasmanie a tout de même survécu en Tasmanie (d’où son nom) après son arrivée il y a environ 14 000 ans. Or, pas moins de cinq mille individus y étaient présents avant la colonisation européenne du début du XIXe siècle.

En 2017, les scientifiques australiens avaient déjà publié des travaux suggérant que le tigre de Tasmanie était déjà bien affaibli avant l’arrivée des premiers humains en Australie continentale, il y a 70 000 ans. En effet, le séquençage du génome de l’espèce a permis de conclure qu’à cette époque déjà, la diversité génétique et la santé de ces animaux étaient en déclin.