in

En Australie, la plupart des chiens sauvages sont complètement dingos

Crédits : raelyn203/pixabay

Selon une nouvelle étude génétique, quasiment tous les chiens sauvages en Australie sont en réalité des dingos. Et ce n’est pas seulement un problème de sémantique.

L’immense majorité (99%) des animaux considérés comme des “chiens sauvages” en Australie sont en fait de “purs” dingos ou des canidés qui, en termes de constitution génétique, sont principalement des dingos. Telle est la conclusion d’une analyse de plus de 5000 échantillons d’ADN de “chiens sauvages” à travers le pays. Sur le 1% restant, environ la moitié étaient des hybrides à dominante canine et l’autre moitié de vrais chiens sauvages.

Les résultats remettent en question l’opinion selon laquelle les dingos purs sont pratiquement éteints dans la nature. “Nous n’avons pas de problème de chien sauvage en Australie“, déclare le Dr Kylie Cairns, biologiste de la conservation de l’UNSW Science. “En réalité, ils ne sont tout simplement pas établis dans la nature“.

Aussi, pour Brad Nesbitt, de l’Université de la Nouvelle-Angleterre et coauteur de l’étude, il est urgent d’arrêter d’utiliser le terme “chien sauvage” et de recommencer à les appeler dingos.

Contrôle excessif d’une espèce indigène

Comme dit plus haut, ce n’est pas seulement une question de sémantique. Depuis plusieurs années, les autorités australiennes essaient en effet de contrôler les populations de “chiens sauvages” via des appâts aériens. L’idée consiste à laisser tomber des morceaux à viande remplis de fluoroacétate de sodium (un pesticide communément appelé 1080) dans les forêts par hélicoptère ou avion.

Or, les dingos sont des animaux australiens indigènes “et beaucoup de gens n’aiment pas l’idée d’opérer un contrôle mortel sur les animaux indigènes“, poursuit le Dr Cairns. Autre point : les dingos jouent un rôle important dans le maintien de la biodiversité et de la santé de l’écosystème.

En tant que prédateurs au sommet, ces animaux peuvent contrôler le nombre d’herbivores et de petits prédateurs“, explique le professeur Letnic, coauteur de l’étude. “Les effets des prédateurs apex peuvent se répandre tout au long des écosystèmes et même s’étendre aux plantes et aux sols“.

Des recherches précédentes de ce même chercheur ont également souligné que la suppression des populations de dingos peut entraîner une augmentation du nombre de kangourous. Ce qui, là encore, peut avoir des répercussions dramatiques sur le reste de l’écosystème.

dingos
Les dingos purs avec des manteaux colorés sont souvent confondus avec des chiens sauvages. Crédits : Michelle J Photography

Repenser la protection de l’écosystème

Bien que l’étude ait révélé que l’hybridation dingo-chien n’est pas répandue en Australie, elle a également identifié des zones à travers le pays avec des traces d’ADN de chien plus élevées.

La majeure partie de l’hybridation a lieu dans le sud-est de l’Australie (densités humaines plus élevées), et en particulier dans les zones qui utilisent un contrôle létal à long terme. À l’inverse, les populations de dingo sont plus stables dans les zones qui utilisent moins de contrôle mortel, comme l’ouest et le nord de l’Australie. 98% des animaux testés étaient de purs dingos.

Autrement dit, la technique de l’appât aérien tend à fracturer la structure des meutes de dingos, permettant finalement aux chiens de s’intégrer à l’intérieur.

Nous devons avoir une discussion sur la question de savoir si tuer un animal indigène, dont il a été démontré qu’il présente des avantages pour l’écosystème, est la meilleure façon de procéder au rétablissement de l’écosystème“, souligne le Dr Cairns. “Si nous devons lancer des appâts aériens, nous devrions alors vraiment réfléchir plus attentivement à l’endroit et au moment où nous utilisons ce contrôle mortel“.

Éviter l’appâtage dans les parcs nationaux et pendant la saison de reproduction annuelle des dingos, par exemple, aidera à protéger ces populations de l’hybridation future“, conclut le chercheur.