in

Aurait-on retrouvé la prison de Dracula ?

Crédits : cankurtaran / Wikipédia

Une équipe d’archéologues a mis au jour une série de galeries secrètes et de cellules, lors de travaux de rénovation entrepris dans le Château de Tokat en Turquie. L’une des geôles découvertes aurait retenu le prince de Valachie, dont Bram Stoker s’est inspiré pour créer le personnage de Dracula.

Bien que les dates précises de l’évènement restent un sujet de débat chez les historiens, tous s’accordent néanmoins pour confirmer l’emprisonnement politique du jeune Vlad et de son frère cadet Radu, au milieu du XVe siècle, par le sultan ottoman Mourad II.
Alors âgé d’une douzaine d’années, celui que l’Histoire retiendra sous le surnom de Tepes -l’empaleur, en roumain- aurait selon la légende développé un goût prononcé pour le supplice du pal pendant les six ans qu’auraient duré sa captivité.

Après cinq ans d’excavations et de rénovations autour du château turc de Tokat, au nord du pays, l’archéologue Ibrahim Çetin et son équipe pensent avoir retrouvé l’endroit approximatif où était retenu le prince adolescent : « Il est difficile de deviner dans quelle pièce Dracula était retenu, mais il était là. Le château est complètement cerné de tunnels secrets. C’est assez mystérieux », explique l’archéologue au hurriyetdailynews.

L’enthousiasme des chercheurs ne permet pourtant pas d’être catégorique sur cette découverte. D’autres sources historiques attestent notamment que le prince Vlad aurait passé son séjour dans les cachots de la ville antique d’Andrinople (aujourd’hui Edirne), une cité limitrophe entre la Bulgarie et la Grèce actuelles.

À noter que le patronyme Dracula est tiré de celui de son père, Vlad II Dracul ; le terme signifiait l’appartenance de ce dernier à l’ordre du dragon, dont la fonction était la défense des intérêts de l’église chrétienne. Dérivé du latin Draco (pour dragon), le terme Dracul désignait également le diable, ce qui valut en partie à l’empaleur sa réputation.

Sources : Hurrietdailynews, IBT,  wikipédia

 

Avatar

Rédigé par