in

Au Royaume-Uni, des coiffeurs intègrent un programme en faveur de l’environnement

Crédits : Prostock-Studio / iStock

Outre-Manche, une start-up mène un projet avec des coiffeurs pour rendre le secteur de la coiffure plus respectueux de l’environnement. Il est notamment question de récupérer les cheveux des clients pour faire du compost et lutter contre les marées noires.

500 kg de cheveux récoltés en dix mois

Au Royaume-Uni, mais aussi en Irlande, les coiffeurs s’engagent pour la planète. Comme l’explique The Guardian dans un article du 29 mai 2021, durant les dix derniers mois, pas moins de 550 salons de coiffure ont adhéré au projet de Green Salon Collective (GSC), une start-up fondée par des experts de l’industrie, des coiffeurs et des militants écologiques. L’objectif de ce projet est de rendre le secteur de la coiffure plus écologique, principalement en réduisant les déchets des salons. Il est notamment question de récupérer les cheveux coupés des clients pour lutter contre les marées noires.

En effet, les déchets de cheveux entrent dans la fabrication de barrages capillaires dont l’objectif est d’absorber les déversements de pétrole. En pratique, on entasse les cheveux dans des tubes en coton (ou en nylon) avant de les disposer sur les plages. La méthode de GSC a d’ailleurs été testée après le naufrage du pétrolier japonais Wakashio en juillet 2020, au large de l’île Maurice. Le navire contenant pas moins de 3 800 tonnes de fuel et 200 tonnes de diesel avait inévitablement provoqué une marée noire.

marée noire cheveux recyclage
Crédits : Green Salon Collective

Les cheveux, mais pas seulement

Selon GSC, 99 % des déchets capillaires finissent leur course dans des décharges. En moins d’une année, le programme a permis la récolte de 500 kg de cheveux dont 50 ont intégré la fabrication de barrages pour les marées noires. Des agriculteurs ont bénéficié du reste de la récolte afin de produire du compost. Rappelons en effet que les cheveux contiennent de l’azote et des protéines, des éléments essentiels au développement des plantes.

Cependant, les cheveux ne sont pas les seuls déchets que le programme de GSC prend en compte. En effet, 2,2 tonnes de papier aluminium que les coiffeurs ont utilisé pour les colorations ont été récoltées durant les trois premiers mois du programme. De plus, les établissements participants gardent aussi leurs déchets liquides tels les teintures et autres décolorants. Ceux-ci finissent leur course dans le réseau National Grid dans le but de produire de l’électricité après combustion.

Pour les porteurs du projet, le secteur de la coiffure au Royaume-Uni et en Irlande était très en retard en matière de durabilité. Néanmoins, les salons adhérant au programme doivent s’acquitter d’une cotisation de 145 euros. GSC pense que les salons pourraient augmenter légèrement leurs tarifs et mettre en avant une sorte de redevance verte auprès de leur clientèle pour couvrir cet investissement.