in

Au revoir Philae, et merci pour tout

Philae lors de sa descente sur la comète Tchouri - Crédits : ESA

Après avoir écrit l’Histoire le 12 novembre 2014 en atterrissant pour la première fois sur une comète, le robot Philae est désormais muet depuis sept mois. Les chances d’établir un contact avec lui sont désormais quasiment nulles.

Les chances d’établir un contact avec Philae sont « proches de zéro » et « le temps est venu de lui dire au revoir« , a estimé vendredi l’Agence Spatiale Allemande (DLR) dans un communiqué. Le Centre de contrôle de l’atterrisseur a cessé d’envoyer des commandes au robot-laboratoire européen. De son côté, l’Agence Spatiale Européenne (ESA) écrit : « L’atterrisseur de la sonde Rosetta est promis à une hibernation éternelle« .

La sonde Rosetta, qui escorte la comète Tchouri, reste cependant toujours à l’écoute de Philae, explique l’Agence Spatiale Française (CNES) dans un communiqué séparé. « Je continue à écouter, mais je crains que Philae ne soit confronté à des conditions difficiles » peut-on lire sur un tweet de Rosetta. En effet, la comète Tchouri s’éloigne du Soleil, ce qui signifie que les panneaux solaires du robot reçoivent moins de lumière. La comète se refroidit et le robot aussi, et il ne peut fonctionner au-dessous d’une certaine température.

Illustration artistique de Philae sur la comète / ESA
Illustration artistique de Philae sur la comète / Crédits : ESA

Après 10 ans de voyage à bord de la sonde Rosetta, Philae a émerveillé le monde en réalisant une première historique le 12 novembre 2014 : atterrir sur une comète. Au terme d’une série de rebonds, le robot s’est stabilisé sur la comète Tchouri. Equipé de dix instruments, il a travaillé pendant 60 heures avant de s’endormir faute d’énergie. Il s’est réveillé en juin 2015 mais n’a plus donné de ses nouvelles depuis le 9 juillet.

La comète Tchouri / ESA
La comète Tchouri / Crédits : ESA

Source : ESA, Belga