in ,

Au Mexique, les supporters ont provoqué un séisme après le but victorieux de leur équipe

Crédits : Capture YouTube / FIFATV

L’Institut mexicain d’investigations géologiques et atmosphériques (IIGEA) révélait il y a quelques heures qu’un séisme a été relevé à Mexico au moment où l’attaquant mexicain Hirving Lozano a ouvert le score à la 35e minute contre l’Allemagne, actuelle championne du monde. En cause : les sauts de joie des supporters massés dans la capitale.

Ce n’est pas une activité sismique naturelle qui a fait trembler le sol, mais bien un tremblement artificiel créé entièrement par les fans mexicains. Leur enthousiasme pour le triomphe inattendu de leur équipe contre les actuels champions du monde a été suffisamment fort pour être enregistré sur les détecteurs sismiques de Mexico. Les supporters s’étaient notamment réunis sur le Zocalo, la place centrale de la ville pour suivre le match sur un écran géant. «Le séisme détecté à Mexico est d’origine artificielle, écrit sur Twitter le Simmsa, chargé des études sismiques du pays. Peut-être par des sauts massifs pendant le but de la sélection du Mexique au Mondial. Au moins deux capteurs à l’intérieur de la ville l’ont détecté à 11h32 (heure locale)».

C’est la deuxième fois depuis le début du Mondial que la Terre “tremble” après un fait de match. Samedi à Lima – la capitale du Pérou – un phénomène du même genre s’est également fait ressentir quand le footballeur péruvien Christian Cueva a raté son penalty contre le Danemark. Ces types de vibrations anormales ont par ailleurs déjà été observées lors d’autres événements sportifs et musicaux en plein air. Ils sont en revanche clairement différents des tremblements de terre dont nous parlons habituellement – ceux d’origine naturelle -, car n’étant pas causés par l’activité tectonique ou volcanique. L’origine est donc plus diffuse et il n’y a pas d’épicentre.

Si vous voulez voir ce qui a causé tout le tapage, voici la vidéo :

Et voici la réaction des supporters massés à Mexico, sur le but de Hirving Lozano :

Source