in ,

Au Japon, un plongeur fait une rencontre avec un calmar géant

calmar géant
Crédits : Dive Resort T-Style

Il y a quelques jours, un plongeur s’est retrouvé quasiment nez à nez avec un calmar géant de 2,5 mètres de long. Même si observer un tel spécimen (un juvénile) à de si faibles profondeurs n’est pas vraiment inhabituel dans la région à cette période de l’année, celui-ci avait la particularité d’être en très mauvais état.

Yosuke Tanaka, qui dirige le centre de plongée Dive Resort T-Styleà Toyooka City, au Japon, s’est récemment frotté à l’une des créatures les plus mystérieuses de l’océan : un calmar géant (Architeuthis dux). La rencontre a eu lieu le 6 janvier dernier près de la surface, au large de la côte dans la mer du Japon.

Ces animaux, qui vivent généralement dans les profondeurs de l’océan, peuvent atteindre 12 à 14 mètres de long et peser près d’une tonne. Ces mensurations sont d’autant plus incroyables étant donné que les calmars géants ne vivent probablement que cinq ans environ dans la nature, selon la Smithsonian Institution.

Par ailleurs, la nature insaisissable de ces créatures implique que nous ne savons que peu de choses sur leur mode de vie. Grâce aux carcasses retrouvées échouées sur les plages ou aux prises accidentelles, nous savons cependant qu’ils consomment du poisson et des calmars, et qu’ils sont parfois eux-mêmes chassés par des cachalots.

Pour en revenir au spécimen rencontré par Yosuke Tanaka, il mesurait « seulement » environ 2,5 mètres de long. D’après les spécialistes, il s’agissait probablement d’un juvénile.

calmar géant
Crédits : Dive Resort T-Style
calmar géant
Crédits : Dive Resort T-Style
calmar géant
Crédits : Dive Resort T-Style

Un spécimen en très mauvais état

Bien que la plupart des gens n’auront pas la chance de nager à côté d’un calmar géant, la rencontre du plongeur n’est pas si surprenante pour les spécialistes En effet, en mer du Japon, il s’avère qu’il est même assez courant d’en apercevoir à cette période de l’année, alors qu’ils traversent le détroit de Tsushima entre la Corée du Sud et le Japon dans le cadre de leur migration nord-sud typique.

Cependant, celui-ci semblait un peu perdu, et très amoché physiquement. « Un calmar géant en bonne santé devrait avoir une peau lisse et brillante, et être un peu rosée. Vous pouvez dire que ce calmar approche de la fin de sa vie en regardant sa peau« , note en effet la biologiste Sarah McAnulty, spécialiste des calmars.

Le plongeur souligne avoir nagé près du calmar pendant environ une demi-heure. Ce dernier se déplaçait lentement, a-t-il dit, essayant de s’éloigner de lui. Notez enfin que si les calmars géants ont une réputation parfois effrayante dans la littérature, le risque d’une attaque sur l’Homme est jugé extrêmement faible.

Brice Louvet

Rédigé par Brice Louvet

Brice est un journaliste passionné de sciences. Ses domaines favoris : l'espace et la paléontologie. Il collabore avec Sciencepost depuis près d'une décennie, partageant avec vous les nouvelles découvertes et les dossiers les plus intéressants.