in

Au cœur du Groenland, le réchauffement actuel est inégalé depuis (au moins) un millénaire

Crédits : NASA Earth Observatory.

Même au sommet de la calotte glaciaire du Groenland, le réchauffement contemporain est sans précédent depuis au moins un millénaire. C’est du moins ce que rapporte une récente étude basée sur l’analyse isotopique de nouveaux carottages. Les résultats ont été publiés dans la revue Nature ce 18 janvier.

Prélevés au centre et au nord du gigantesque inlandsis, les échantillons de glace montrent que la décennie 2001-2011, la dernière retranscrite par ces archives naturelles, a connu une température moyenne supérieure à toutes les décennies précédentes, et ce, jusqu’à l’an mil. Aussi, selon l’étude menée par les chercheurs de l’Institut Alfred Wegener pour la recherche polaire et marine (Allemagne), la décennie 2001-2011 est 1,5 °C plus chaude que la moyenne du vingtième siècle.

Le réchauffement récent est incompatible avec la variabilité naturelle du climat

« Ces données montrent que le réchauffement de 2001 à 2011 diffère clairement des variations climatiques naturelles des mille dernières années », souligne Maria Hörhold, auteure principale de l’étude. « Même si nous nous y attendions dans un contexte de réchauffement global, nous avons été surpris de voir à quel point cette différence était flagrante ». Ces résultats sont précieux, car les mesures directes au centre de la calotte sont très peu nombreuses, aussi bien dans l’espace que dans le temps.

Pour produire cette série de températures, les chercheurs ont reforé les glaces du centre-nord de la calotte afin d’obtenir un enregistrement d’une qualité inégalée et acquérir les données les plus récentes. Ils ont ensuite appliqué la méthode du thermomètre isotopique qui permet de retrouver la température en mesurant les isotopes de l’oxygène des molécules d’eau, ou plus précisément leur ratio et son évolution dans le temps. Par rapport aux évaluations précédentes, cette analyse a l’avantage de n’utiliser qu’une seule méthode et de reposer sur un ensemble d’archives homogène.

Groenland
Évolution de la température au centre-nord du Groenland de l’an mil à 2011 (haut). La moyenne annuelle figure en gris clair et la moyenne décennale en gris foncé. La partie rouge de la courbe correspond à l’extension des données jusqu’en 2011. L’évolution à l’échelle de l’Arctique figure en dessous. Crédits : M. Hörhold & coll. 2023.

Un rythme de fonte inégalé sur les bords de la calotte du Groenland

Outre la température, les scientifiques ont également reconstruit le taux de fonte sur les bords de la calotte depuis l’an mil. Les résultats indiquent que le rythme de fonte a atteint un niveau exceptionnellement élevé depuis le début des années 2000 et probablement sans précédent à cette échelle de temps. Ce paramètre est donc fortement corrélé à la courbe des températures au centre-nord du Groenland.

« Nous avons été étonnés de voir à quel point les températures à l’intérieur des terres sont liées à l’écoulement des eaux de fonte à l’échelle du Groenland, lequel se produit après tout dans les zones de faible altitude sur les bords de la couche de glace, près de la côte », note la chercheuse.

Enfin, l’étude montre qu’en raison de son importante élévation et de son interaction directe avec les grands courants atmosphériques, le centre de la calotte a sa propre dynamique de réchauffement, ce qui explique pourquoi elle correspond assez peu à celle observée dans le reste de l’Arctique.

« Nos résultats démontrent que les températures récentes dans le centre et le nord du Groenland sont plus élevées qu’au cours des mille dernières années et indiquent ainsi que le réchauffement climatique est désormais détectable dans l’une des régions les plus reculées du monde », rapporte l’étude dans sa conclusion.

Damien Altendorf

Rédigé par Damien Altendorf

Habitant du Nord-est de la France, je suis avant tout un grand passionné de météorologie et de climatologie. Initialement rédacteur pour le site "Monsieur Météo", je contribue désormais à alimenter celui de "Sciencepost".