in

Atlantique nord : la saison des ouragans s’annonce (encore une fois) très active

Image satellite du 23 août 2020 avec l'ouragan Marco en haut à gauche et la tempête tropicale Laura (futur ouragan de catégorie 4) en bas à droite. Crédits : Wikimedia Commons.

Les projections effectuées par différents groupes de chercheurs états-uniens présagent une année encore une fois riche en phénomènes tropicaux dans l’Atlantique nord. La saison des ouragans qui commence officiellement le 1er juin et se termine le 30 novembre serait ainsi la sixième d’affilée à connaître une activité supérieure à la normale. Une annonce inquiétante pour des populations qui, parfois, ne se sont pas encore remises des dégâts essuyés au cours des années précédentes.

La saison cyclonique de 2020 en Atlantique nord fut exceptionnelle à bien des égards. En plus d’être celle avec le plus grand nombre de systèmes tropicaux nommés (30), c’est également la seule à avoir proposé deux ouragans majeurs au mois de novembre. Autrement dit, en toute fin de saison. Par ailleurs, l’abondance de phénomènes a demandé un recours massif à l’alphabet grec. Une situation qui a eu le mérite de mettre au jour les inconvénients de la procédure. De fait, le Comité des ouragans de l’Organisation météorologique mondiale a annoncé que l’alphabet grec ne sera dorénavant plus employé.

2021, dans la continuité des années précédentes

Depuis 2016, toutes les saisons des ouragans de l’Atlantique nord ont connu une activité supérieure à la normale. Et si l’on en croit les prévisions pour la saison à venir, la série a toutes les chances de continuer. En effet, les chiffres donnés par l’Université d’État du Colorado et l’Université de l’Arizona dessinent un paysage marqué par des cyclones nombreux et probablement virulents. On attend ainsi 17 à 18 perturbations nommées, parmi lesquelles figureraient 8 ouragans dont 4 majeurs – c’est-à-dire de catégorie 3 ou plus. On rappelle que la moyenne 1981-2010 fait état de 12 systèmes nommés et de 6 à 7 ouragans, dont 3 majeurs.

ouragans
Prévision médiane de l’Université d’État du Colorado pour plusieurs paramètres cycloniques. La moyenne 1981-2010 figure dans la colonne de droite. Remarquez que tous les chiffres prévus figurent au-dessus de cette moyenne. Crédits : @philklotzbach.

La saison 2021 ne s’annonce donc pas aussi explosive que celle de 2020, mais devrait néanmoins se placer comme la sixième consécutive à connaître une activité au-dessus de la normale. De plus, et c’est un point particulièrement important, la probabilité de voir un ouragan majeur frapper les côtes états-uniennes ou caribéennes est très élevée. Plus précisément, elle se situe entre 60 % et 70 %. À comparer à une saison moyenne où ce risque est de l’ordre de 50 %.

« La dernière décennie a été très active pour les ouragans » relate Xubin Zeng, directeur des prévisions à l’Université de l’Arizona. « Nous devons nous demander si cela fait partie de la variabilité naturelle du système, ou si nous constatons déjà les impacts du réchauffement climatique. Si cela fait partie de la variabilité naturelle, alors après quelques saisons hyperactives, nous nous attendrions à ce que l’activité se calme, mais chaque année est un peu folle ces dernières années ».

Un contexte de grande échelle favorable aux ouragans 

Anomalies de température de surface de la mer au 21 avril. Notez l’Atlantique tropical et subtropical anormalement chauds et le phénomène La Nina visible sur le Pacifique central et oriental. Crédits : NOAA.

Les facteurs principaux qui laissent présager une saison active s’élèvent au nombre de deux. D’un côté, une température de surface de la mer anormalement chaude dans l’Atlantique tropical et subtropical. De l’autre, le phénomène La Nina encore bien présent dans le Pacifique équatorial. En effet, même si La Nina s’atténue progressivement, elle continue de favoriser un profil vertical de vent propice aux développements cycloniques dans le bassin atlantique. Sur la figure ci-dessus, on distingue bien la présence de ces deux éléments. En somme, la nature semble bien préparer le terrain pour une saison des ouragans qui commencera officiellement le 1er juin prochain.