in

Les astronomes ont besoin de vous pour étudier « l’étoile la plus mystérieuse de la Galaxie »

Illustration artistique de comètes passant devant l’étoile / Crédits : NASA/JPL-Caltech

Située 1.500 années-lumière de la Terre dans la constellation du Cygne, KIC 8462852, alias « l’étoile la plus mystérieuse de la Galaxie » à cause de ses étranges variations de luminosité, laisse encore les scientifiques perplexes. D’ailleurs, ces derniers auraient bien besoin d’un petit coup de pouce.

Il y a quelques mois, les astronomes provoquaient un véritable buzz médiatique après l’annonce de la découverte par Kepler d’une étrange étoile, KIC8462852, autour de laquelle gravitait une masse « d’objets non identifiés ». Après avoir envisagé toutes les hypothèses naturelles pour expliquer les étranges variations de luminosité de KIC 8462852, observée par le télescope spatial Kepler, ses découvreurs n’ont conservé que le scénario d’une nuée de comètes comme étant le plus probable. La question reste néanmoins âprement débattue, les imprévisibles fluctuations de luminosité laissant perplexes encore la plupart des chercheurs.

Quand les baisses de luminosité se produisent-elles ? Combien de temps vont-elles durer ? Et la question qui tue : qui provoque ces baisses de luminosité ? Telles sont les questions, parmi d’autres, qui tourmentent les astronomes. Pour tester les différentes hypothèses, l’idéal serait de garder un œil tourné en permanence sur cette étoile, afin de recueillir un maximum de données. Malheureusement, suite à un problème technique, le télescope spatial Kepler, à l’origine de sa découverte, ne peut plus braquer son oeil sur la fenêtre entre le Cygne et la Lyre.

cc9c3043f40a88e15b8115acf67d99d3_original

Pour compenser, les scientifiques utilisent depuis peu le réseau mondial de télescopes privés de LCOGT (Las Cumbres Observatory Global Telescope Network). Moins sensibles que Kepler, ces télescopes permettent néanmoins de suivre l’étoile au jour le jour et de prévenir en cas de baisses soudaines de luminosité. Mais le réseau étant privé, le temps et l’argent manquent. Du coup, les chercheurs ont besoin de vous : « Nous avons besoin de plus de données et nous avons besoin de votre aide ! » clament les organisateurs du projet de financement.

Alors, si vous souhaitez participer à l’aventure et, pourquoi pas, contribuer à l’une des possibles plus belles découvertes de notre siècle, n’hésitez pas vous rendre sur la plateforme Kickstarter !

Source : Kickstarter