in

Des astronomes identifient l’une des plus grandes structures de l’Univers

Crédits : iStock

Une équipe d’astronomes indiens annonçait il y a quelques jours avoir identifié l’une des plus grandes structures connues de l’univers : un superamas de galaxies situées à quatre milliards d’années-lumière dans la Constellation des Poissons.

La prénommée Saraswati fait référence à la déesse hindoue de la connaissance, de la musique, de la sagesse et de la nature, muse de toute créativité. Vous la retrouverez à environ quatre milliards d’années-lumière de la Terre chez les Poissons, entre le Verseau à l’ouest et le Bélier à l’est. Il s’agit là de l’une des plus grandes structures de l’Univers jamais identifiées. Le superamas s’étale sur environ 600 millions d’années-lumière de distance et pourrait contenir plus de vingt millions de milliards de soleils. Chacune des galaxies présentes s’étale sur environ 250 000 années-lumière (deux fois plus que la Voie lactée).

Difficile de se faire à l’idée tant les chiffres sont énormes. Si nous prenons du recul, beaucoup de recul, nous distinguons les galaxies et plus nous zoomons, plus nous distinguons de galaxies qui se regroupent en amas. Zoomez encore et des superamas se formeront, reliés entre eux par des filaments de matière où les galaxies en mouvement se déplacent. Un superamas de galaxies est donc une énorme concentration de centaines ou de milliers de groupes et d’amas de galaxies formés dans l’univers primordial lorsque la matière noire s’est regroupée sous l’influence de la gravitation. Pour la plupart du moins puisque celui nouvellement identifié s’est formé lorsque l’Univers était âgé d’environ dix milliards d’années.

Deux grappes de galaxies contenues dans le superamas Saraswati : « ABELL 2631 » (gauche) et « ZwCl 2341.1 + 0000 » (à droite). Le superamas Saraswati compte au total 43 grappes de galaxies. Crédits : Centre interuniversitaire pour l’astronomie et l’astrophysique (IUCAA)

Le modèle populaire de « matière noire froide » de l’évolution de l’Univers prédit que les premières structures, comme les galaxies, se forment en premier lieu avant de se rassembler en des structures plus vastes. Le modèle ne prédit en revanche pas l’existence de grandes structures telles que ce nouveau superamas à cette période (dix milliards d’années après le Big Bang). La découverte de ces structures extrêmement importantes oblige ainsi les astronomes à repenser les théories populaires de la façon dont l’Univers a évolué pour se présenter sous sa forme actuelle à partir d’une distribution d’énergie plus ou moins uniforme après le Big Bang.

Source