in

Cet astéroïde pourrait être un fragment perdu de la Lune

Crédits : Addy Graham/Université de l'Arizona

Selon une étude publiée dans Nature Communications Earth and Environment, un astéroïde géocroiseur nommé Kamo`oalewa est la première roche spatiale connue constituée de ce qui ressemble à un morceau de Lune. Pour les chercheurs, l’objet pourrait s’être séparé de notre satellite lors d’une ancienne collision.

Un étrange astéroïde

Les quasi-satellites terrestres sont une classe de petits corps du Système solaire qui orbitent autour du soleil, mais restent proches de la Terre. On sait peu de choses sur ces objets, en particulier parce qu’ils sont faibles, et donc difficiles à observer. Découvert en 2016, le géocroiseur Kamoʻoalewa est le plus stable des cinq quasi-satellites connus de la Terre. Dans le cadre d’une étude récente, une équipe de l’Université de l’Arizona a tenté d’en apprendre davantage sur sa composition et d’évaluer son affinité avec d’autres groupes d’objets géocroiseurs.

En raison de son orbite, Kamo`oalewa ne peut être observé que quelques semaines en avril. Et étant donné que sa taille est relativement petite, entre 45 et 58 mètres de diamètre, il ne peut être vu qu’avec l’un des plus grands télescopes de la Terre. Pour ces travaux, les chercheurs se sont donc appuyés sur Grand télescope binoculaire situé dans le sud de l’Arizona.

Au cours de leurs analyses, les astronomes ont constaté que Kamo’oalewa affichait un spectre de réflectance rougie de 0,4 à 2,2 microns. Ce spectre est indicatif d’une composition à base de silicate, mais « avec une rougeur au-delà de ce qui est généralement observé parmi les astéroïdes du Système solaire interne« .

Après avoir comparé ce spectre à ceux de plusieurs analogues de matériaux, les chercheurs ont alors été surpris de constater les spectres lumineux étaient similaires à ceux d’échantillons lunaires rapportés sur Terre par les missions Apollo.

astéroïde lune
Illustration d’artiste du quasi satellite terrestre Kamo’oalewa près du système Terre-Lune. Crédits : Addy Graham/Université de l’Arizona

Le fruit d’une ancienne collision ?

Les chercheurs suggèrent également que l’objet s’est placé sur cette orbite il y a environ 500 ans et qu’il restera ainsi pendant encore 300 ans environ. Après quoi, il devrait s’éloigner. Quant à son origine, l’équipe suggère qu’il pourrait s’être séparé de la Lune lors d’une ancienne collision avec un astéroïde.

« Si vous regardez la Lune à travers un télescope, vous voyez des milliers de cratères« , souligne l’astronome Vishnu Reddy, principal auteur de l’étude. « Le matériel éjecté lors de ces événements d’impact devrait être partout« . Et si plus de 480 météorites lunaires ont été trouvées sur Terre jusqu’à présent, « aucun de ces matériaux n’a encore été isolé dans l’espace jusqu’à présent« , poursuit le chercheur. Kamo’oalewa pourrait donc être l’un de ces morceaux.

Les chercheurs pourraient d’ailleurs bientôt en avoir le cœur net. La Chine prévoit en effet de lancer une mission qui tentera de prélever un échantillon de géocroiseur en 2024.