in

L’astéroïde 4660 Nereus représente un enjeu commercial énorme

Crédits : ESA/ATG medialab

Dans quelques jours, l’astéroïde 4660 Nereus va s’approcher de la Terre et croiser son orbite. Si cet objet ne représentera aucun danger malgré le fait que les agences le surveillent attentivement, il représente une manne financière importante en raison de la présence de nombreux gisements.

Un habitué du voisinage de la Terre

Il y a peu, nous évoquions l’astéroïde géocroiseur 4660 Nereus (ou Nérée), d’un diamètre de 330 mètres soit à peine plus grand que la Tour Eiffel. Or, cet objet croisera l’orbite terrestre ce samedi 11 décembre à une distance d’environ quatre millions de kilomètres. Si cette distance semble importante, elle est plutôt faible lorsque l’on considère l’immensité de l’espace.

Il faut savoir que Nérée passe régulièrement à proximité de notre planète. Son prochain passage se produira le 2 mars 2031 à une distance de dix-sept millions de kilomètres. Après un autre passage plus lointain en novembre 2050, l’astéroïde s’approchera plus près de la Terre que jamais le 14 février 2060 à une distance de « seulement » 1,2 million de kilomètres.

Or, chaque passage représente une occasion idéale d’observer cet objet et, bien sûr, d’en apprendre davantage sur lui. Il faut dire que si ce dernier ne représente aucun danger, les agences spatiales lui portent un intérêt assez particulier.

Hayabusa2
Initialement, la sonde nippone Hayabusa devait être envoyée sur Nérée. Néanmoins, des retards ont signé l’abandon du projet. Crédits : ESA

Une grande valeur commerciale

Si 4660 Nereus présente un intérêt scientifique indéniable, sa valeur commerciale est aussi une des principales raisons de sa surveillance. On estime d’ailleurs que cette valeur se situerait autour des cinq milliards de dollars. Selon les scientifiques, l’astéroïde renferme en effet d’importants gisements de fer, de nickel et de cobalt. Or, en 2018, nous évoquions notamment les préoccupations des fabricants de véhicules électriques face au manque de cobalt. L’offre mondiale est actuellement restreinte et l’intérêt de bénéficier d’une nouvelle source d’approvisionnement ne fait aucun doute.

Découvert en 1982 par l’astronome Eleanor F. Helin, Nérée se trouvait initialement au cœur d’un projet d’exploration qui aurait été mené par la sonde Hayabusa de l’agence spatiale japonaise (JAXA). Or, le retard du lancement de la sonde a contraint les responsables du projet à rediriger celle-ci vers 25143 Itokawa, un autre astéroïde géocroiseur. En 2020, la sonde nippone a d’ailleurs ramené sur Terre des échantillons de roche d’un autre astéroïde : 162173 Ryugu.

Malgré l’abandon du projet d’exploration, Nérée reste une cible importante pour les différentes agences spatiales. Ainsi, il se pourrait bien qu’un jour, cet objet soit réellement visité et éventuellement exploité à des fins commerciales.