in

Aspergées au carbone, des araignées produisent une toile à l’élasticité et la solidité jamais vue

Crédits : phio / Pixabay

Voici qui devrait plaire à Spiderman. On connaît déjà la légendaire résistance des fibres de toiles d’araignée. En Italie, des chercheurs sont néanmoins parvenus à les rendre encore plus résistantes, en incorporant du graphène et des nanotubes de carbones dans les fils tissés par les arachnides. 

Pour se faire, Emiliano Lepore et ses collègues ont d’abord recueilli des araignées Pholcidae dans la campagne italienne. Les quinze spécimens ont été conservés en laboratoires et leurs productions de fils de soie porteurs recueillis pour servir de contrôle.

Aspergées d’eau contenant des flocons de graphène ou des nanotubes de carbones, nos chères araignées ont ainsi produit du fil que les chercheurs ont ensuite recueilli et analysé. Et quelle fut la surprise ; cette « soie augmentée » serait sans équivalent dans le monde, même comparé aux fibres industrielles les plus performantes comme le kevlar, et plus solide que la dent de bernique, considérée à ce jour comme le matériau vivant le plus solide au monde :

« Nous avons mesuré une résistance à la rupture jusqu’à 5,4 Gigapascals (GPa), une élasticité équivalente à 47,8 Gigapascals et elle peut absorber une énergie de déformation supérieure à 2,1 GPa », détaille le jeune chercheur.

Une découverte qui pourrait nous amener vers une révolution des biomatériaux. Tout cela ouvre la voie à l’idée qu’outre le transhumanisme, nous pourrions nous orienter vers une modification des espèces afin de les utiliser à des fins scientifiques ou mécaniques. Affaire à suivre…

13998430
Crédits : ArXiv.org

Sources : ArXiv.orgS & A