in

Une preuve de plus que l’Homme n’en a pas fini avec l’évolution

Crédits : Sincèrement médias/Unsplash

Une nouvelle étude prouve une fois de plus que notre espèce, Homo Sapiens, n’en a pas encore fini avec l’évolution. Selon des chercheurs de l’Université d’Adélaïde (Australie), la prévalence d’un vaisseau sanguin, l’artère médiane, a en effet considérablement augmenté depuis la fin du XIXe siècle.

Au stade embryonnaire de notre développement, l’artère médiane est le principal vaisseau qui transporte le sang vers l’avant-bras et la main. Elle disparaît ensuite (vers huit semaines) au profit des artères radiale et ulnaire tandis que nous continuons de nous développer dans l’utérus. Par le passé, certaines personnes présentaient encore parfois cette fameuse artère médiane à l’âge adulte, mais cette caractéristique anatomique restait globalement très rare.

30% de la population concernée

Ce que nous apprennent aujourd’hui des chercheurs australiens, c’est que de plus en plus d’individus maintiennent cette artère dans l’avant-bras. Plus précisément, de nos jours, une personne sur trois est concernée. L’étude, publiée dans le Journal of Anatomy, avance également que la tendance devrait continuer de se poursuivre au moins au cours des quatre-vingts prochaines années. À terme, lorsque plus de 50% des personnes dans le monde présenteront cette “anomalie”, celle-ci deviendra finalement la nouvelle norme de l’évolution.

Depuis le 18e siècle, les anatomistes étudient la prévalence de cette artère chez les adultes et notre étude montre qu’elle augmente clairement“, confirme le Dr Teghan Lucas, principal auteur de ces travaux. La prévalence était d’environ 10% chez les personnes nées au milieu des années 1880, contre 30% chez celles nées à la fin du 20e siècle, c’est donc une augmentation significative sur une période assez courte en matière d’évolution“.

Cette augmentation pourrait “résulter de mutations de gènes impliqués dans le développement médian des artères” ou de “problèmes de santé chez les mères pendant la grossesse“, avance le chercheur. Toujours est-il que si la tendance se poursuit, “une majorité de personnes auront l’artère médiane de l’avant-bras d’ici 2100″.

évolution bras
La position de l’artère médiane chez ceux qui la conservent après la naissance. Crédits : IFLScience

Quels avantages ?

Conformément à la théorie de la sélection naturelle de Darwin, les avantages évolutifs conduisant au maintien de cette artère ne sont pas encore très clairs. Nous pourrions imaginer qu’une artère médiane persistante pourrait permettre des avant-bras plus puissants ou des doigts plus habiles grâce à son apport sanguin supplémentaire. Évidemment, ce ne sont que des suppositions. Déterminer les facteurs contribuant à ce processus de sélection naturelle nécessitera beaucoup plus de recherches.

Toujours est-il que cette caractéristique artérielle rejoint une poignée d’autres exemples démontrant comment l’anatomie humaine continue d’évoluer au fil du temps. On pense notamment à l’absence croissante de dents de sagesse ou encore à la présence croissante d’un petit os à l’arrière de l’articulation du genou appelée fabella.