in

Artemis : tous les astronautes américains pourront aller sur la Lune

Vue d'artiste de deux astronautes travaillant sur la lune pendant les opérations lunaires d'Artemis. De telles opérations pourraient être soutenues par l'énergie nucléaire, plus tard dans les années 2020. Crédits : NASA

La NASA se prépare à sélectionner l’équipage de la mission Artemis II qui verra un équipage de quatre astronautes faire le tour de la Lune avant de revenir sur Terre. Selon un responsable de l’agence, l’ensemble du corps d’astronautes, et non un sous-ensemble annoncé précédemment, sera éligible pour ce vol et les futures missions.

La NASA continue de progresser dans la préparation de son lanceur SLS, au-dessus duquel sera coiffé le vaisseau spatial Orion. Aux dernières nouvelles, il est toujours prévu que la mission Artemis I, qui signera le top départ du programme Artemis, soit lancée le 29 août. Pour ce premier vol, qui ne sera pas habité, la capsule fera deux fois le tour de la Lune avant de revenir sur Terre. La mission servira à vérifier les capacités des deux véhicules. Si tout se passe comme prévu, un premier équipage pourrait ensuite faire le tour de la Lune en 2025 dans le cadre de la mission Artemis II.

Lors d’un briefing le 5 août tenu au Johnson Space Center, Reid Weisman, le chef du bureau des astronautes, a déclaré que l’équipage d’Artemis II sera bientôt sélectionné. Nous savons déjà que celui-ci, composé de quatre personnes, comprendra un astronaute canadien. En échange, l’Agence spatiale canadienne développera un bras robotique (Canadarm3) pour la future station en orbite lunaire. La NASA n’a pas précisé si d’autres partenaires internationaux, tels que l’Europe ou le Japon, pourront faire voler des astronautes sur Artemis II.

artemis orion lune astronautes
Une illustration de la capsule Orion en orbite autour de la Lune. Crédits : ESA

Une cinquantaine de candidats américains pour chaque mission

Concernant les astronautes américains, Wiseman a déclaré que l’ensemble du corps de quarante-deux personnes (ainsi que dix candidats astronautes actuellement en formation) serait pris en compte pour cette mission et les vols ultérieurs d’Artemis. Autrement dit, tous pourraient être potentiellement sélectionnés pour intégrer Artemis III qui prévoit le retour des humains sur la surface de la Lune.

Il y a un peu moins de deux ans, la NASA avait dévoilé une première « équipe Artemis » composée de dix-huit astronautes. Jim Bridenstine, administrateur de la NASA à l’époque, avait cependant déclaré que davantage d’astronautes seraient ajoutés à l’avenir, y compris ceux de partenaires internationaux.

Enfin, la NASA a également modifié les exigences d’exposition aux rayonnements à vie. Ces dernières variaient auparavant selon l’âge et le sexe. Désormais, il n’y a plus qu’une seule limite à ne pas franchir (600 millisieverts). Un rapport de juin 2021 des National Academies avait approuvé la proposition, soulignant qu’elle créerait l’égalité des chances pour les vols spatiaux par rapport aux normes précédentes qui fixaient des limites inférieures pour les femmes. Il n’y aura pas non plus de limite d’âge. Tout astronaute américain en bonne santé pourra donc aller sur la Lune.