in

Artemis 1 : la NASA déclare son test réussi et commence à préparer le lancement

sls artemis propulseurs
Crédits : NASA/Ben Smegelsky

La plus récente répétition générale humide de la fusée géante SLS n’était pas parfaite, mais selon la NASA, elle est suffisante pour maintenir la mission lunaire Artemis 1 sur la bonne voie pour un décollage dans quelques mois. Objectif : faire le tour de la Lune et revenir sur Terre pour préparer le retour des humains sur place.

Il y a quelques jours, la NASA opérait la quatrième répétition générale humide de son lanceur géant SLS. Plusieurs soucis techniques avaient avorté les tentatives précédentes. Au cours de ces derniers tests, qui ont duré environ cinquante heures, les ingénieurs ont alimenté le lanceur en carburants et simulé un compte à rebours. Les membres de l’équipe ont bien remarqué une petite fuite d’hydrogène pendant les opérations de ravitaillement, mais ce nouveau pépin technique ne semble pas inquiéter outre mesure.

« La NASA a examiné les données de la répétition et déterminé que la campagne de tests est terminée« , peut-on lire dans un communiqué. Les équipes ont donc décidé qu’il n’y aurait plus de répétition humide. Désormais, l’agence va de l’avant. Le lanceur SLS et sa capsule Orion seront bientôt rapportés au bâtiment d’assemblage de véhicules (VAB) du Kennedy Space Center pour effectuer les réparations nécessaires et préparer le duo pour son lancement vers la Lune.

« La NASA prévoit de ramener la SLS et Orion sur le pad pour un lancement fin août« , notent les équipes. « La NASA fixera une date de lancement cible spécifique après avoir remplacé le matériel associé à la fuite« .

SLS artemis lune orio
Le Soleil se lève sur Cap Canavéral, illuminant la fusée SLS. Crédits : Nasa

Le déroulé de la mission

Si tout va bien, nous devrions donc bientôt pouvoir assister au premier vol de cette méga fusée. Au cours de cette mission, la capsule Orion sera mise en orbite terrestre avant d’être placée sur une trajectoire translunaire par l’étage supérieur de la fusée (Interim Cryogenic Propulsion Stage ou ICPS). Cette manœuvre enverra la capsule vers la Lune. Elle se séparera alors de l’ICPS, puis se placera en orbite autour de notre satellite au moyen de ses propres moteurs quelques jours plus tard.

Au cours de ce test, la capsule évoluera à environ 400 km au-dessus de la surface lunaire. L’orbite sera également rétrograde, c’est-à-dire dans le sens inverse de la rotation de la Lune. Le vaisseau restera plusieurs jours, le temps d’effectuer des tests, puis elle reviendra sur Terre se poser dans le Pacifique.

artemis orion lune
Une illustration de la capsule Orion en orbite autour de la Lune. Crédits : ESA

Artemis 1 sera la première mission du programme Artemis visant à établir une présence humaine durable et à long terme sur la Lune d’ici la fin de la décennie. Elle doit ouvrir la voie au premier vol avec équipage d’Artemis en 2024 et à un atterrissage lunaire avec équipage un an ou deux ans plus tard.