in

Artemis 1 : la NASA se prépare pour un test clé ce mercredi

Crédits : NASA/Joel Kowsky

Le prochain test de ravitaillement de la fusée SLS pourrait faire ou défaire les chances de la NASA de lancer sa mission Artemis 1 la semaine prochaine. Pour rappel, ce test visera à évaluer les différents correctifs effectués suite aux fuites d’hydrogène liquide essuyées lors des deux précédentes tentatives de lancement.

La NASA s’apprête à renvoyer des humains sur la Lune dans le cadre de son programme Artemis. Le premier volet de ce projet, Artemis 1, doit envoyer une capsule Orion non habitée autour de la Lune au moyen de l’énorme fusée SLS de 98 mètres de haut. Cette mission visera principalement à tester ces deux nouveaux véhicules en prévision des futures missions avec équipage.

L’agence américaine a déjà tenté de lancer cette mission par deux fois. Ces deux tentatives ont cependant été avortées pour des raisons techniques impliquant au moins deux fuites d’hydrogène liquide. Au cours de ces derniers jours, les ingénieurs ont effectué des réparations sur la SLS directement sur le pad.

Un test clé

Un test de ravitaillement est prévu ce mercredi 21 septembre. La NASA remplira le noyau et les étages supérieurs de la fusée avec les 3,3 millions de litres d’hydrogène liquide cryogénique et d’oxygène liquide dont elle a besoin pour le lancement. Notez qu’il ne s’agit pas d’une répétition générale complète pour le lancement. En effet, la capsule spatiale Orion et les deux propulseurs de fusée solide ne seront pas alimentés. Ce test visera simplement à tester l’efficacité des correctifs apportés pour empêcher toute nouvelle fuite.

Au cours de ce test, les ingénieurs de la NASA alimenteront la fusée en hydrogène environ trente minutes plus lentement que lors des deux précédentes tentatives, de quoi atténuer le stress sur les conduites de carburant et sur les joints sous pression. Il faut habituellement environ quatre heures pour alimenter la fusée.

L’équipe de lancement a également suivi une nouvelle formation et l’agence a automatisé quasiment toutes les commandes manuelles (sauf cinq) pour le processus de ravitaillement, de quoi limiter les potentielles erreurs humaines.

fusée sls artemis
Crédits : Chandan Khanna

Une prochaine tentative la semaine prochaine ?

Si ce nouveau test de ravitaillement réussit, la NASA pourrait lancer sa mission le mardi 27 septembre prochain à partir de 17 h 37 heure française. La NASA aura une fenêtre de 70 minutes pour lancer la mission. Cependant, rien n’est gravé dans le marbre. L’agence spatiale attend en effet une dérogation de l’US Space Force pour éviter de devoir changer les batteries du système de terminaison de vol de la fusée SLS, chargé de la détruire en cas de déviation de sa trajectoire pendant le lancement.

Normalement, ces batteries doivent être vérifiées tous les vingt-cinq jours pour s’assurer qu’elles fonctionnent correctement. Or, ces vérifications ne peuvent être faites que dans le bâtiment d’assemblage des véhicules, à six kilomètres du site de lancement. Pour lancer sa fusée le 27 septembre prochain et éviter de « rentrer au garage », la NASA doit donc obtenir une autorisation spéciale, dans la mesure où la limite des vingt-cinq jours est déjà dépassée.

Si la date du 27 septembre est finalement inaccessible, il sera encore possible de lancer la mission le 2 octobre prochain. Néanmoins, là encore, tout dépendra de la dérogation de l’US Space Force.