in

La mission Artemis 1 pourrait être lancée en août

Une illustration de la capsule Orion en orbite autour de la Lune. Crédits : ESA

Après une série de tests clés réussis, la NASA ambitionne de lancer sa très attendue mission Artemis I dans deux mois. Si tout se passe comme prévu, ce vol non habité validera la fusée et le vaisseau spatial Orion pour un fonctionnement dans l’espace lointain, préparant ainsi le terrain pour le retour des humains sur la Lune.

La NASA aura passé beaucoup de temps à concevoir, développer, construire et tester sa fusée SLS. Lorsque l’agence a lancé le programme en 2010, les législateurs américains ont déclaré que le booster devrait être prêt à être lancé en 2016. Finalement, après plus d’une décennie et plus de vingt milliards de dollars dépensés, la NASA et ses partenaires privés sont sur le point d’élever cette énorme structure de 111 mètres de haut pour la toute première fois.

Un lancement en août ?

Il y a quelques jours, la NASA opérait la quatrième répétition générale humide de son lanceur géant SLS après avoir avorté les trois premières à cause de problèmes techniques. Au cours de ces derniers tests étalés sur un peu plus de deux jours, les ingénieurs ont alimenté le lanceur en carburants et simulé un compte à rebours.

Bien qu’ils aient remarqué une fuite d’hydrogène pendant les opérations de ravitaillement, avant de stopper le compte à T-29 secondes et non à T-9 secondes comme prévu au départ, les ingénieurs ont collecté suffisamment de données pour procéder à un lancement.

« Au cours des activités de répétition, nous avons progressivement enrichi nos connaissances sur la manière dont la fusée et les systèmes au sol fonctionnent ensemble, et nos équipes sont devenues compétentes dans les procédures de lancement sur plusieurs sites« , a déclaré Tom Whitmeyer, de la NASA. « Tout ce que nous avons appris aidera à améliorer notre capacité à décoller pendant la fenêtre de lancement cible. L’équipe est maintenant prête à passer à l’étape suivante et à se préparer au lancement. »

Dans une interview accordée ce mardi à Ars Technica, Jim Free, le haut responsable de l’exploration de la NASA, a déclaré que l’agence travaillait vers une fenêtre de lancement ouverte du 23 août au 6 septembre.

fusée sls
La fusée Space Launch System (SLS) de la NASA avec le vaisseau spatial Orion à bord est vue au lever du soleil au sommet d’un lanceur mobile au Launch Complex 39B, le lundi 4 avril 2022. Crédits : NASA

« Nous n’allons pas faire quelque chose de stupide »

La prochaine étape consiste à rapporter la fusée SLS et le vaisseau spatial Orion au bâtiment d’assemblage de véhicules pour les derniers préparatifs de lancement. Les ingénieurs se chargeront d’armer le système utilisé pour sauvegarder le vaisseau si la fusée est victime d’une défaillance grave. Une équipe de techniciens et d’ingénieurs remplacera également le joint d’étanchéité où la fuite d’hydrogène a été constatée lors du chargement du carburant.

Ces opérations pourraient débuter à la fin de cette semaine. Dès lors, tout devrait s’accélérer. « Le groupe sait exactement ce qu’il doit faire« , a ajouté Tom Whitmeyer. « Nous nous poussons probablement un peu, mais nous n’allons pas faire quelque chose de stupide« .

Notez que cette mission ne transportera aucun humain. Elle servira plutôt de vol d’essai permettant de tester les performances de la fusée SLS et de sa capsule Orion, censée transporter plus tard les astronautes vers la Lune. Si tout se passe comme prévu, une seconde mission, Artemis II, fera voler un équipage de quatre astronautes autour de la Lune, probablement en 2025. Enfin, le premier atterrissage humain sur la Lune depuis les missions Apollo aura probablement lieu un an ou deux après la conclusion réussie d’Artemis II.