in

Une armée de larves de vers se tortillaient sous sa peau

Crédits : NEjM

En Espagne, des médecins ont diagnostiqué une infection parasitaire inhabituelle chez un homme. Une armée de larves de vers se tortillait sous sa peau, recouvrant l’ensemble de son corps. L’individu avait entamé une corticothérapie à haute dose juste avant le début des symptômes pour soigner une compression maligne de la moelle épinière.

Le rapport de cas a été publié il y a quelques jours dans The New England Journal of Medicine. L’homme de 64 ans, qui souffrait d’un cancer du poumon métastatique, travaillait dans la gestion des eaux usées. Il y a plusieurs semaines, il s’est rendu à l’hôpital pour tenter de se défaire d’une croissance tumorale qui commençait à compresser sa moelle épinière. Les médecins l’ont alors traité pendant plusieurs jours avec une forte dose de glucocorticoïdes qui a eu pour effet secondaire de supprimer certaines réponses immunitaires.

Malheureusement pour lui, cette approche médicamenteuse a favorisé en même temps l’installation des vers parasites. Le ver incriminé dans ce cas était Strongyloides stercoralis, plus communément appelé anguillule. Il s’agit d’un nématode bien connu pour infecter les humains et d’autres espèces animales.

Une migration incontrôlée

Ces infections parasitaires commencent lorsqu’une personne est exposée à un sol ou à des eaux usées contaminés, comme ce fut le cas ici. Des armées de petites larves peuvent alors émerger, s’enfouir directement dans la peau d’une personne sans être remarquées et se frayer un chemin dans les intestins par diverses voies.

Dès lors, les vers s’incrustent dans la muqueuse de l’intestin grêle et se reproduisent. Les larves qui y éclosent sont ensuite excrétées dans les matières fécales, mais peuvent également pénétrer dans la peau dans la région périanale (autour de l’anus) entraînant une auto-infection.

C’est ce qui semble s’être produit chez ce patient cancéreux. Au cours des trois années précédentes, les médecins avaient également noté des épisodes d’éosinophilie, des niveaux inhabituellement élevés de globules blancs qui combattent la maladie, ce qui peut être un indicateur d’une infection parasitaire. Il est donc possible que ces vers aient survécu pendant plusieurs années dans l’organisme en phase latente, avant de finalement prendre le contrôle sous l’effet des glucocorticoïdes.

Associées à une légère diarrhée, plusieurs éruptions cutanées avec démangeaisons se sont alors manifestées du côté de la région périanale avant de migrer sous la peau vers le tronc et les membres. Comme vous pouvez le voir ci-dessous, les lésions ont été marquées avec un stylo (panneau B). Lors de la réévaluation 24 heures plus tard, il a été constaté qu’elles avaient migré loin de leur emplacement d’origine (partie C).

larves vers parasites
Crédits : The New England Journal of Medicine

Les médecins ont également observé la présence de vers à l’examen des selles. Un diagnostic de syndrome d’hyperinfection strongyloide à larva currens a donc été posé. Dès lors, l’homme a été traité avec succès avec de l’ivermectine antiparasitaire, soulageant finalement ses symptômes.