in

Lancer Ariane 6 en 2022 est une “priorité absolue”, selon le patron de l’ESA

Vue d'artiste d'une Ariane 6 dans sa version à quatre boosters. Crédits : ESA

Josef Aschbacher, directeur général de l’Agence spatiale européenne, a mis en place une “task force” visant à s’assurer que le premier lancement d’Ariane 6 puisse être opéré avant la fin de l’année prochaine.

Un lanceur flexible et compétitif

Ariane 6 est un lanceur moyen-lourd développé par Ariangroup, pour l’Agence spatiale européenne, dans le but de remplacer Ariane 5. Cette fusée, malgré son efficacité, coûte en effet trop cher et ses parts de marché sont de plus en plus menacées par d’autres concurrents. Citons notamment SpaceX qui, de par la réutilisation de ses lanceurs, est beaucoup plus compétitif.

Ariane 6 sera plus modulaire et flexible, proposant une capacité à placer tout type de charge utile en orbite basse (LEO), géostationnaire (GTO) ou héliosynchrone (SSO). Une nouvelle organisation industrielle mise en place sur l’ensemble du cycle de production, combinée à l’apport de nouveaux processus de fabrication (impression 3D, soudage par friction-malaxage, traitement de surface laser, etc.) devrait également permettre à ce lanceur d’être plus compétitif. ArianeGroup table en effet sur des coûts de production inférieurs de 40 à 50 % à ceux d’Ariane 5.

ArianeGroup et ses partenaires développent officiellement ce lanceur depuis 2014, date à laquelle le Conseil ministériel a approuvé son développement. À l’origine, cette fusée devait être lancée en 2020. En novembre dernier, cette échéance a finalement glissé vers la période avril-juin 2022, rapportait Ars Technica, les responsables d’ArianeGroup citant à la fois des problèmes techniques et organisationnels inhérents à la pandémie de Covid-19. Reste à savoir si le calendrier pourra être tenu…

ariane 6
Vue en coupe d’un lanceur Ariane 6 (version A62 à deux boosters). Crédits : SkywalkerPL

Avant l’automne 2022

«C’est pour moi une priorité absolue», a récemment déclaré Josef Aschbacher, directeur général de l’Agence spatiale européenne, lors du Forum de l’Air de Paris. «Ariane 6 est notre lanceur le plus important à venir. Nous devons mettre toute l’énergie et les efforts nécessaires pour effectuer le vol inaugural le plus rapidement possible».

En collaboration avec les dirigeants de l’Agence spatiale française, le CNES, et le maître d’œuvre d’Ariane 6, ArianeGroup, Aschbacher a déclaré avoir constitué une “task force” visant à faire une évaluation indépendante du calendrier de la phase finale de développement d’Ariane 6. Le but sera d’optimiser l’organisation – si besoin – dans le but de s’assurer que «la fusée puisse être lancée à temps», a-t-il déclaré.

Par “lancée à temps”, entendez avant la réunion du Conseil ministériel de l’Agence spatiale européenne, qui se tiendra en octobre ou novembre 2022. C’est au cours de ces réunions que les représentants de chaque pays membre de l’agence spatiale se réunissent pour définir la politique à venir.

«Nous avons besoin de bonnes nouvelles et d’un bon succès, pour que nos politiciens voient que l’Europe est performante, que l’Europe est à la hauteur, et que cela vaut la peine d’investir dans l’espace», a déclaré Aschbacher.

Si l’on en croit ces commentaires, il semblerait qu’Ariane 6 ne soit finalement plus sur la bonne voie pour être lancé au cours du premier semestre 2022. L’objectif, désormais, serait de pouvoir inaugurer son premier vol avant la fin de l’année prochaine.