in

Des archéologues découvrent un « Pompéi » britannique incroyablement bien conservé

Crédits : Pixabay

Des archéologues ont découvert les restes d’une colonie située dans le comté de Cambridgeshire, en Angleterre. Un site qui rappellerait celui Pompéi, l’ancienne ville romaine assiégée par les cendres.

Bijoux, armes, restes humains et autres logements abandonnés à la hâte par leurs habitants ont ainsi été retrouvés dans le comté de Cambridgeshire, en Angleterre. Les fouilles, menées dans une carrière à Peterborough par les archéologues de l’Historic England and the University of Cambridge, nous donnent un bel aperçu de la manière dont vivait la population de l’est de l’Angleterre à l’âge de bronze, il y a environ 3 000 ans.

La découverte, extraordinaire, n’est pas sans rappeler la catastrophe de Pompéi, en l’an 79. Le jour fatidique, le Vésuve se serait réveillé et aurait craché un nuage de cendres et de roches incandescentes, recouvrant totalement le ville romaine. Sous le poids des roches et des cendres, des maisons s’effondraient sur les habitants en fuite, tandis que d’autres mouraient étouffés par les nuées ardentes. Ici, le scénario diffère, mais les dernières découvertes attestent notamment que les maisons, qui ont été construites sur pilotis, ont apparemment été endommagées dans un incendie. Les logements se sont alors effondrés avant de disparaître sous les eaux de la rivière.

Ces conclusions, les archéologues ont pu les déduire grâce au limon et à l’argile, qui tapissaient à l’époque (1000 — 800 av. J.-C) le lit de la rivière. « Un véritable moment figé dans le temps » a déclaré Duncan Wilson, archéologue et responsable des fouilles. La rivière, qui avait alors tout emporté, nous donne un aperçu détaillé de la manière dont vivait la population locale. Des poteries, utilisées pour cuisiner et servir la nourriture auraient ainsi été retrouvées, ainsi que des textiles, des petites tasses, des bols et des pots contenant des restes de repas encore à l’intérieur. « Nous en apprenons davantage sur la nourriture et la manière dont mangeaient nos ancêtres… Ce site est d’une importance internationale et son excavation va réellement transformer notre compréhension de la période », a notamment conclu l’archéologue. Merci qui ? Merci les sédiments.

Selon les spécialistes, la façon dont les objets ont été retrouvés nous montre que les habitants furent obligés de partir à la hâte et de tout laisser derrière eux au moment de l’incendie. Pour le moment, on ne sait toujours pas s’il s’agissait d’un accident ou d’un incendie délibérément déclaré par des forces hostiles, mais les archéologues n’ont pas dit leur dernier mot. Les fouilles devraient se poursuivre au cours des prochains mois et nous réserver, on l’espère, encore de nombreuses découvertes.

Source : Livesciences