Ces arbres sont les plus efficaces pour absorption du CO2

foret de pins
Crédits : Clark Ahlstrom / iStock

On entend souvent que les arbres sont de très importants alliés contre le réchauffement climatique. Toutefois, toutes les espèces ne se valent pas sur ce plan. En effet, trois espèces sont particulièrement efficaces pour absorber le CO2.

Un soutien de poids contre le réchauffement climatique

Les forêts ont une importance cruciale sur Terre en prenant en charge une partie du carbone issu des activités humaines et en absorbant de manière plus efficace le rayonnement solaire par rapport à d’autres types de surfaces. Si la pratique consistant à planter des arbres un peu partout, notamment en zone sèche, reçoit quelques critiques, il n’en demeure pas moins que ces végétaux aident bel et bien à la lutte contre le réchauffement climatique.

Rappelons au passage que les arbres utilisent le CO2 présent dans l’air dans le cadre du processus de photosynthèse. Ce phénomène consiste à absorber la lumière du soleil, le CO2 (air) et l’eau (sol) pour produire de l’énergie sous forme de glucose et libérer de l’oxygène. Cependant, il semble que toutes les espèces ne soient pas sur le même pied d’égalité concernant leur capacité à absorber le CO2. Ainsi, trois types d’arbres se distinguent, à savoir le paulownia, le pin et le chêne.

Paulownia en fleurs
Un paulownia en fleurs. Crédits : Elisabeth Schittenhelm / iStock

Des « super-absorbeurs » de CO2

Originaires d’Asie, les paulownias absorbent dix fois plus de dioxyde de carbone et génèrent quatre fois plus d’oxygène que n’importe quel autre arbre. Selon la science, ces performances s’expliquent par le fait qu’il est ici question d’un des types d’arbres à la croissance la plus rapide. En effet, les paulownias atteignent leur taille définitive (entre 10 et 25 m) en cinq ans environ. Également capables de nettoyer les sols en absorbant beaucoup de poussière, ces arbres ont tout de même un défaut. En effet, leur croissance très rapide fait que certains experts les considèrent comme invasifs.

Plus communs en Europe, les pins sont considérés comme étant des puits de carbone pour leur forte capacité à absorber du CO2. En France, nous connaissons plus largement le pin sylvestre et le pin des Landes. Toutefois, le plus performant des arbres de ce type est le pin Ponderosa que l’on retrouve dans l’ouest des États-Unis et au Canada. Évoquons aussi les chênes, également très présents en France et en Europe. Leurs larges couronnes et leur bois dense leur confèrent une très bonne capacité d’absorption de CO2.

Enfin, un quatrième et dernier arbre peu être considéré comme étant très utile sur le plan écologique : le bouleau. Par le passé, des travaux scientifiques ont en effet déjà souligné son rôle important dans la dépollution des sols.