in

Aquarian Space : la start-up qui veut fournir le haut débit dans l’espace

Crédits : Matthias Maurer/ISS

La start-up Aquarian Space vient de recevoir un financement de démarrage de 650 000 dollars pour travailler sur le développement d’un réseau de satellites capables de connecter la Terre et la Lune avec le haut débit.

Plusieurs acteurs ambitionnent de s’établir durablement sur la Lune, quand d’autres prévoient une exploration minière de l’espace. Dans le cadre de cette vision, des moyens de communication fiables seront essentiels. Or, aujourd’hui, ces capacités restent limitées dans l’espace interplanétaire. Il n’est en effet possible de transférer qu’une fraction des données scientifiques vitales que nous collectons à partir des satellites existants. En outre, la plupart des réseaux actuels sont déjà réservés.

À terme, les différents acteurs spatiaux vont ainsi devoir s’appuyer sur d’autres fournisseurs de télécommunications. Aquarian Space entend d’ailleurs fournir ce type de service.

Le haut débit dans l’espace

La start-up vient de faire une première levée de fonds de 650 000 dollars américains. Son objectif est de développer un réseau de satellites en orbite lunaire capables de fournir le haut débit. Ce réseau, nommé SOLNET, permettra aux clients d’envoyer et de recevoir rapidement et de manière fiable de gros volumes de données en continu ininterrompues, 24h/24 et 7j/7.

« En 2021, il y avait treize atterrisseurs, orbiteurs et rovers sur et autour de la Lune« , rappelle Kelly Larson, PDG d’Aquarian Space, dans un communiqué. « D’ici 2030, nous en aurons environ deux cents, créant une économie lunaire de plusieurs milliards de dollars. Mais cela ne peut se produire sans des communications Terre-Lune solides et fiables« .

Outre l’Internet haut débit, Aquarian compte également utiliser son réseau de satellites pour analyser les débris spatiaux et la météo spatiale de manière plus fiable. La société vise à déployer son premier système de communication lunaire d’ici 2024.

lune
Vue d’artiste d’un atterrisseur sur la Lune. Crédits : NASA

La société vise trois types de clients : les agences gouvernementales de défense, les agences spatiales internationales (NASA, ESA, ISRO, etc.), et les explorateurs de vols spatiaux commerciaux (SpaceX, Blue Origin, etc.). On ignore pour le moment si ces différents clients auront ou non besoin de modifier leur conception pour s’adapter à la technologie d’Aquarian. On ignore également quels types de satellites seront déployés ou la manière dont ils seront transportés dans l’espace.

Pour l’heure, Aquarian Space effectue des examens techniques avec plusieurs sociétés participant au programme Commercial Lunar Payload Services (CLPS) de la NASA. Ce dernier prévoit l’envoi de plusieurs charges utiles, atterrisseurs et autres équipements scientifiques sur la Lune au cours de la décennie pour appuyer le programme Artemis de la NASA.