in

Après “l’échec” de la comète ATLAS, place désormais à la comète SWAN

Crédits : Chris Schur

La comète ATLAS étant désormais hors course, nous allons bientôt pouvoir nous rabattre sur la comète F8 SWAN. Reste à savoir si elle tiendra le coup.

La comète ATLAS, repérée pour la première fois le 28 décembre 2019, nous avait promis du grand spectacle, avec un maximum de luminosité prévu pour la fin du mois de mai. Malheureusement l’objet, soumis à des températures élevées et aux pressions du vent solaire, s’est fragmenté en trois morceaux il y a quelques jours.

C’est donc probablement le début de la fin pour ATLAS qui, encore aujourd’hui, continue de montrer des signes de rupture. Au point que, au 31 mai prochain lors de son passage le plus proche du Soleil, il pourrait ne rester plus rien de la comète.

Mais que les observateurs du ciel se rassurent, une autre comète est en approche.

Visite surprise

L’objet, baptisé C/2020 F8, a été découvert sur des images prises le 25 mars 2020 par l’instrument SWAN de l’Observatoire solaire et hémisphérique (SoHO), en orbite autour du Soleil. Sa nature cométaire a ensuite été confirmée le 12 avril dernier par le Centre des planètes mineures.

L’approche la plus proche de la comète (surnommée SWAN) par rapport à la Terre aura lieu le mercredi 13 mai 2020. L’objet se placera alors à une distance de 0,56862572 unités astronomiques, soit 85 065 197 kilomètres. Il sera ensuite à son point le plus proche du Soleil (appelé périhélie) le 27 mai, se plaçant à 64,4 millions de km de notre étoile.

Actuellement, la comète SWAN n’est visible que depuis l’hémisphère sud. Vous la retrouverez, pour les concernés, dans la faible constellation du Sculpteur. Au 16 avril, elle brillait à une magnitude +7,8 (soit suffisamment pour être vue avec de bonnes jumelles). En supposant que SWAN continue de “s’éclairer” à son rythme actuel, elle pourrait être visible à l’oeil nu dès la mi-mai, depuis l’hémisphère nord cette fois.

Reste à savoir si la comète tiendra le coup. Comme ATLAS, la comète SWAN semble être un objet relativement petit. Il est donc possible qu’il subisse le même sort à mesure de son avancée vers le Soleil.

comète
La comète C/2020 F8 (SWAN) photographiée le 11 avril 2020.  Crédits : E. Guido, M. Rocchetto, A. Valvasori

Des nouvelles de la comète interstellaire

Pour rappel, la comète interstellaire Borisov, passée en décembre au plus proche de notre Soleil avant d’entreprendre son voyage retour vers son système, a également essuyé quelques dégâts.

Des chercheurs de l’Université de Cracovie (Pologne), qui continuent de la suivre, ont en effet récemment souligné une augmentation de sa luminosité d’environ 0,7 magnitude entre le 4 et le 9 mars. Le signe, selon eux, que son noyau pourrait être en train de se désintégrer.

Source