in

Après un an isolés du monde, 6 scientifiques mettent fin à leur simulation de vie sur Mars

Crédits : iStock

Six scientifiques sont arrivés au bout de la simulation de vie sur mars qui aura duré un an, effectuée à Hawaii avec un dôme comme habitat, dans un isolement presque total.

Pendant l’année écoulée, le groupe dont le dôme était installé sur la montagne Mauna Loa, ne pouvait sortir à l’extérieur qu’en portant des scaphandres. Ce dimanche, la simulation est arrivée à sa fin et les scientifiques ont émergé. D’après Cyprien Verseux, un membre français de l’équipage, la simulation a prouvé qu’une mission vers Mars pourrait réussir.

« Je peux vous donner mon impression personnelle qui est que la réalisation d’une mission vers Mars dans un futur proche est réaliste. Je pense que les obstacles technologiques et psychologiques peuvent être surmontés », a déclaré Cyprien Verseux.

Christiane Heinicke, une membre allemande de l’équipage, a de plus déclaré que les scientifiques ont réussi à trouver leur propre eau dans un climat sec.

« Ça fonctionne, vous pouvez réellement obtenir de l’eau à partir d’un sol apparemment sec. Ça marcherait sur Mars, nous serions en mesure d’obtenir de l’eau grâce à cette petite construction à effet de serre », dit-elle.

Tristan Bassingthwaighte, doctorant en architecture à l’Université d’Hawaii, et architecte de l’équipage précise que « Les recherches effectuées ici sont tout simplement vitales dans le choix des équipages, comprendre comment les gens vont effectivement travailler sur différents types de missions, et comprendre le facteur humain pour le voyage spatial. »

Les différents membres de l’équipage disposaient chacun d’un petit espace nuit avec un lit de camp et un bureau pour travailler ou se divertir grâce à un accès à internet limité.

D’après Kim Binsted, chercheur principal de ce projet, les chercheurs sont impatients d’aller dans l’océan et d’enfin pouvoir manger des produits frais et les nombreux aliments qui n’étaient pas disponibles dans le dôme. « HI-SEAS est un exemple de la recherche collaborative internationale organisée et dirigée par l’Université d’Hawaii. C’est vraiment excitant d’accueillir l’équipage lors de leur retour « sur terre » »

La NASA a financé l’étude à l’Université d’Hawaï. Cette simulation est la deuxième plus longue du genre après une mission qui a duré 520 jours en Russie. Les scientifiques de la simulation Hawaii ont dû s’organiser avec des ressources limitées, tout en menant des recherches et en travaillant pour éviter les conflits personnels.

Source