in

Homo Sapiens : notre espèce est apparue il y a plus de 230 000 ans

Crédits : Courtesey E. Daynes

L’âge des plus anciens fossiles reconnus comme représentant notre espèce, Homo sapiens, en Afrique de l’Est, a toujours été discuté. Dans le cadre d’une nouvelle étude basée sur l’analyse d’une éruption volcanique massive en Éthiopie, des chercheurs ont pu préciser la datation de ces ossements. D’après ces travaux, ils sont beaucoup plus anciens qu’on ne le pensait.

Les premiers humains modernes

Difficile de retracer l’ascension de notre propre espèce tant le cours de l’évolution humaine aura été buissonnant. De nos jours encore, nous ignorons encore précisément quand et où le premier Homo sapiens est apparu. Toutefois, un site archéologique retrouvé dans le sud-ouest de l’Éthiopie, dans la formation Omo Kibish, pourrait être l’un des points de départ les plus crédibles. C’est en effet là bas que le paléoanthropologue Richard Leakey est tombé dans les années 1960 sur les premiers exemples de fossiles proposant des anatomies humaines incontestablement modernes.

Au cours de ces dernières décennies, des scientifiques ont tenté de dater ces restes (connus sous le nom d’Omo I) aussi précisément que possible en utilisant les empreintes chimiques des couches de cendres volcaniques trouvées au-dessus et en dessous des sédiments dans lesquels les fossiles ont été trouvés. Malgré tout, ces estimations ont toujours été discutées et contestées.

Une équipe internationale, dirigée par l’Université de Cambridge, a récemment réévalué l’âge de ces restes. Si nous pensions auparavant que ces fossiles avaient moins de 200 000 ans, ces nouvelles recherches montrent qu’ils sont en réalité plus anciens qu’une éruption volcanique colossale essuyée dans la région plusieurs milliers d’années auparavant.

« L’âge généralement accepté des fossiles d’Omo est inférieur à 200 000 ans, mais il y a eu beaucoup d’incertitude autour de cette date« , souligne la Dre Céline Vidal, du département de géographie de Cambridge. « Les fossiles ont été trouvés dans une séquence, sous une épaisse couche de cendres volcaniques que personne n’avait réussi à dater avec des techniques radiométriques, car la cendre est à grain trop fin. »

homo sapiens
La formation Omo Kibish, dans le sud-ouest de l’Éthiopie. Crédits : Céline Vidal

Plus de 230 000 ans

Dans le cadre de ces travaux, publiés dans la revue Nature, les chercheurs ont collecté des échantillons de pierre ponce dans les dépôts volcaniques pour ensuite les broyer jusqu’à une taille submillimétrique.

« Chaque éruption a sa propre empreinte digitale, sa propre histoire évolutive sous la surface qui est déterminée par la voie suivie par le magma« , poursuit la chercheuse. « Une fois que vous avez broyé la roche, vous libérez les minéraux à l’intérieur, puis vous pouvez les dater et identifier la signature chimique du verre volcanique qui maintient les minéraux ensemble. »

L’équipe a donc effectué une nouvelle analyse géochimique pour finalement relier l’empreinte de l’épaisse couche de cendres volcaniques du site avec une éruption du volcan Shala opérée à plus de 400 kilomètres. Les chercheurs ont ensuite daté les échantillons de pierre ponce du volcan à environ 230 000 ans. Étant donné que ces fossiles d’Homo Sapiens ont été trouvés plus profondément que cette couche de cendres, ils doivent avoir plus de 230 000 ans.

Si l’on en croit ces nouveaux travaux, l’apparition de notre espèce pourrait donc avoir eu lieu durant le Pléistocène moyen tardif. En revanche, les chercheurs soulignent que si cette étude propose un nouvel âge minimum pour l’apparition d’Homo sapiens en Afrique de l’Est, il reste possible que de nouvelles découvertes et de nouvelles études puissent repousser l’âge de notre espèce encore davantage.