in

L’antivirus Norton 360 veut permettre le minage de cryptomonnaies

Crédits : elifxlite / Pixabay

NortonLifeLock, l’entreprise qui édite l’antivirus Norton 360, a annoncé vouloir permettre aux utilisateurs de miner une cryptomonnaie : l’Ethereum. Actuellement en cours de test par un échantillon de volontaires, cette fonctionnalité suscite toutefois quelques interrogations.

Une nouvelle fonctionnalité bientôt ouverte à tous

Les cryptomonnaies, Bitcoin en tête, ne laissent personne indifférent. Alors que certaines personnes tirent leur épingle du jeu en affichant des bénéfices faramineux, les critiques sont nombreuses concernant leur impact environnemental et sociétal présent et futur. Et pourtant, cela n’a pas empêché les responsables de l’antivirus Norton 360 de vouloir offrir une nouvelle fonctionnalité à leurs clients. Il est question, via la plateforme, de miner de l’Ethereum, la seconde cryptomonnaie la plus célèbre apparue en 2015.

Dans un communiqué du 2 juin 2021, la société explique qu’un échantillon de volontaires teste actuellement la fonctionnalité prenant le nom de Norton Crypto. Elle indique surtout que cette même fonctionnalité sera ouverte à tous les utilisateurs de Norton 360 dans les semaines à venir.

norton crypto logiciel antivirus cryptomonnaie
Crédits : Norton

Norton porte son projet malgré quelques points noirs

“Les crypto continuent de devenir une part de plus en plus importante de la vie de nos clients (…). Avec Norton Crypto, nos clients peuvent miner de la cryptomonnaie en seulement quelques clics, évitant ainsi les nombreuses barrières à l’entrée de l’écosystème des cryptomonnaies”, explique la société dans son communiqué.

Ainsi, Norton ne veut pas passer à côté de cette nouvelle tendance. Par ailleurs, les cryptomonnaies issues du minage finiront leur course dans Norton Crypto Walle, un portefeuille disponible sur une nouvelle plateforme cloud de la société sur laquelle nous savons très peu de choses.

Rappelons toutefois que le minage de cryptomonnaie a ses limites. Il s’avère que mobiliser les capacités de calcul de son ordinateur pour participer au fonctionnement de la blockchain est énergivore et accélère la fin de vie du matériel. Parmi les composants les plus exposés, citons les processeurs en charge des calculs : les GPU. Or, le minage des cryptomonnaies favorise une pénurie de GPU, dont les stocks disponibles se vendent à prix d’or.

Autres interrogations et zones d’ombres

Cette nouvelle surprend et interroge. Il faut dire que lorsque l’on évoque le minage de cryptomonnaies sur les plateformes de cybersécurité, c’est souvent une mauvaise nouvelle. En effet, les logiciels en charge du minage (cryptominers) sont un genre de malware très présents à différents niveaux en termes de cybercriminalité. On en retrouve par exemple dans les universités ou encore dans des superordinateurs. Or, leur mission est loin de concerner le minage. En forçant des machines tierces à miner pour leur compte, les hackers évitent de payer le matériel ou encore l’énergie nécessaire.

Quoi qu’il en soit, Norton a affirmé vouloir fixer un cadre pour en faire une pratique sécurisée. Néanmoins, certaines zones d’ombres demeurent, dont les potentiels effets du minage sur les performances de l’ordinateur. Or, ces effets pourraient concerner le rapport dépenses/gains. La société mentionne tout de même la nécessité de posséder un certain type de matériel pour le minage, mais ne donne malheureusement pas plus de détails.