in

Trop d’antibiotiques peut augmenter le risque de cancer du côlon

Crédits : iStock

Prendre trop d’antibiotiques pourrait favoriser le développement du cancer colorectal en position proximale (partie supérieure du côlon), selon une vaste étude suédoise. Pour les auteurs, ces travaux sont une raison de plus de freiner la prescription excessive de ces médicaments.

Les antibiotiques ont permis de sauver des millions vies au cours de ces dernières décennies en luttant contre des maladies bactériologiques… Mais la nature s’adapte. À force d’utiliser ce type de traitements, les bactéries ont en effet évolué pour développer une résistance aux traitements proposés. Et les projections ne sont pas bonnes, l’OMS estimant que ces bactéries résistantes pourraient tuer jusqu’à dix millions de personnes d’ici 2050. Récemment, des chercheurs ont donc alerté les autorités sur la nécessité d’une action urgente pour contrôler l’utilisation des antibiotiques.

Antibiotiques et cancer colorectal

Cela étant dit, la prise excessive d’antibiotiques pourrait également avoir d’autres effets insidieux, selon une nouvelle étude suédoise.

Une petite étude menée au Royaume-Uni, publiée en 2019, avait déjà laissé entendre que la prise d’antibiotiques pouvait augmenter le risque de développer un cancer du côlon. De nouveaux travaux, appuyés sur les données médicales de plus de 40 000 Suédois, ont récemment souligné le même lien.

Pour cette étude, les chercheurs ont utilisé les données du registre suédois du cancer colorectal pour identifier des dizaines de milliers de patients diagnostiqués entre 2010 et 2016. Ces données ont également permis à l’équipe de suivre l’utilisation d’antibiotiques par ces patients entre 2005 et 2016. Enfin, ils ont comparé ces données à celles de plus de 200 000 Suédois sans cancer.

Selon ces résultats, les personnes prenant des antibiotiques pendant plus de six auraient 17 % de plus de risques de développer un cancer du côlon en position proximale (partie supérieure du côlon).

antibiotiques
Et si l’on prescrivait du miel pour réduire la consommation d’antibiotiques ?
Crédits : Pikist

Une altération du microbiote ?

Il est important de souligner que cette étude n’identifie qu’une corrélation. Autrement dit, ces travaux ne prouvent pas que les antibiotiques causent directement le cancer du côlon. Comment alors expliquer ce lien ? Pour les chercheurs, ces médicaments pourraient rendre l’intestin plus vulnérable à la croissance du cancer en provoquant des changements durables dans le microbiome intestinal. D’ailleurs, les chercheurs se sont aperçus que seuls les antibiotiques capables d’affecter les bactéries intestinales étaient impliqués dans le développement des cancers.

«Notre pensée est qu’en perturbant l’équilibre du microbiote, cela pourrait permettre à des bactéries comme Escherichia coli et Klebsiella pneumoniae de prendre plus d’importance là où ils seraient généralement supplantés par d’autres microbes», explique à LiveScience Cynthia Sears, principale auteure de ces travaux. «Cela pourrait à son tour augmenter l’inflammation dans le côlon, générant des produits chimiques réactifs qui pourraient endommager l’ADN et générer des tumeurs».

Le côlon en position proximale pourrait alors être particulièrement vulnérable à ces changements en raison de son positionnement (il se connecte à l’intestin grêle). Les molécules médicamenteuses auraient ensuite plus tendance à se décomposer progressivement. Des travaux supplémentaires seront néanmoins nécessaires pour expliquer ce lien plus clairement.

L’étude présente en revanche quelques limites. Les ensembles de données n’incluaient en effet aucune information sur l’alimentation, les habitudes tabagiques ou la consommation d’alcool des sujets. Or, ces facteurs peuvent également augmenter le risque de cancer colorectal. De plus, le registre suédois des médicaments prescrits fournit des informations sur les prescriptions de médicaments, mais ne peut indiquer si les personnes sont véritablement allées au bout de leur prescription.