in

Il y a 265 millions d’années, Anteosaurus était un redoutable prédateur

Le crâne d'Anteosaurus éclipse celui d'un humain moderne. Crédits : Université Wits

On considérait auparavant Anteosaurus comme un prédateur lent. Une nouvelle analyse du crâne de l’animal suggère aujourd’hui l’inverse, révélant un prédateur agile et rapide,  probablement le plus redoutable du continent africain au milieu de la période permienne.

Anteosaurus est un genre éteint de synapsides carnivores de l’ordre des thérapsides et du sous-ordre des dinocéphales qui vécut il y a environ entre 265,1 à 259,8 millions d’années. Une seule espèce est rattachée au genre Anteosaurus magnificus, éteint environ trente millions d’années avant l’apparition des premiers dinosaures.

Étant donné que son squelette paraissait très massif, les chercheurs avaient précédemment suggéré qu’Anteosaurus était un animal plutôt lent, probablement spécialisé dans les attaques en embuscade.

Certains ont même suggéré qu’il aurait pu être amphibie, considéré comme trop lourd pour supporter son propre poids sur terre“, ajoute Julien Benoit, de l’Université du Witwatersrand à Johannesburg (Afrique du Sud). “Notre étude suggère que c’est tout le contraire“.

Agile et rapide

Dans le cadre de ces travaux, Benoit et son équipe ont effectué des scans du crâne d’un jeune spécimen retrouvé dans le désert du Karoo, en Afrique du Sud. Une analyse par microtomographie à rayons X (micro-CT) a ensuite permis de créer des images haute résolution de l’intérieur du crâne et de ses structures internes pour les reconstruire ensuite numériquement et en 3D.

Ces données en main, les chercheurs ont été en mesure d’analyser la structure de l’oreille interne de l’animal. Et si nous savons que de nombreux dinocéphales utilisaient souvent leur crâne robuste comme bélier, “Anteosaurus n’avait quant à lui pas l’oreille interne d’un animal qui se cognait la tête“, assure le chercheur.

Lorsque le crâne est adapté aux coups de tête, l’oreille interne est inclinée vers l’arrière de manière à pouvoir absorber le stress de ces combats“, explique-t-il. “Or, ce n’était pas le cas ici. Donc Anteosaurus n’utilisait probablement pas sa tête pour éperonner, mais s’appuyait sur ses énormes canines pour se battre“.

Anteosaurus
Illustration d’artiste de l’Anteosaurus. Crédits : DiBgd/Wikipédia

Ces travaux ont également permis aux chercheurs d’analyser son conduit auditif interne (caractéristiques liées à l’équilibre), ainsi que les lobes flocculonodulaire retrouvés dans le cervelet de l’animal qui permettent notamment aux prédateurs de fixer leurs proies du regard.

Ici, les formes de ces structures ressemblaient à celles trouvées chez les animaux tels que les chats et autres vélociraptors. D’après le chercheur, cela laisse entendre que l’Anteosaurus avait un système nerveux adapté pour attraper des proies rapides.

Selon l’étude, ces capacités auraient finalement permis à Anteosaurus de s’attaquer à un autre groupe de reptiles permiens connus sous le nom de thérocéphales, le plaçant au sommet de la chaîne alimentaire.