in

Une énorme antenne prête à soutenir la mission chinoise sur Mars

L'antenne GRAS-4 à Tianjin dans le nord de la Chine, en construction en 2020. Crédits : Académie chinoise des sciences

La mission Tianwen-1 s’est insérée avec succès en orbite martienne ce mercredi 10 février. Dans le but de réceptionner un maximum de données, les autorités chinoises ont fait construire une énorme antenne, spécialement pour l’occasion.

La mission Tianwen-1, qui comprend un orbiteur et un rover, s’est s’insérée en orbite martienne ce mercredi, et prévoit de tenter un atterrissage au mois de mai dans une région appelée Utopia Planitia, un immense bassin d’impact. En cas de succès, il s’agira d’une première pour la Chine qui a déjà atterri trois fois sur la Lune. Elle sera également le deuxième pays seulement à poser un engin en douceur sur la planète rouge après les États-Unis.

En attendant cet atterrissage, l’orbiteur chinois pourra commencer à renvoyer des données. Son principal objectif sera de sonder la distribution de glace d’eau dans les sous-sols martiens. Il sera également question de cartographier la structure géologique de la planète.

Pour ce faire, il sera équipé de deux caméras de moyenne (MoRIC) et haute résolution (HiRIC), d’un radar à pénétration de sol (MOSIR), d’un spectromètre infrarouge (MMS), d’un magnétomètre (MOMAG) ainsi que de deux détecteurs de particules (MINPA et MEPA).

Une parabole de 70 mètres de diamètre

Cependant, envoyer de telles informations vers la Terre – sur des millions de kilomètres – présente ses propres défis.

Aussi les autorités chinoises ont fait construire une antenne de 70 mètres de diamètre spécialement pour l’occasion. Vous la retrouverez dans la ville de Tianjin, dans le nord du pays. Construite depuis le mois d’octobre 2018, l’immense parabole de 2 700 tonnes a officiellement été remise à l’Observatoire astronomique national de Chine (NAOC) – l’opérateur – le 3 février. Elle est désormais prête à soutenir la mission Tianwen-1, mais aussi les futures entreprises dans l’espace lointain.

«La construction de l’antenne est destinée à recevoir de faibles données d’exploration scientifique martienne sur plus de 400 millions de kilomètres», a déclaré Li Chunlai, concepteur en chef adjoint du projet d’exploration de Mars en Chine. «Avec la distance, l’énergie [du signal] deviendra atténuée et plus dense, c’est-à-dire que nous recevrons moins d’énergie par unité de surface. Nous avons donc besoin [d’une antenne] de grande surface pour collecter suffisamment d’énergie», a-t-il ajouté.

chine
La sonde chinoise Tianwen-1 sur Mars vue par une minuscule caméra éjectée du vaisseau spatial sur une photo prise à 24 millions de kilomètres de la Terre. Crédits : CNSA

L’Administration spatiale nationale chinoise (CNSA) vient d’annoncer une liste restreinte de dix noms pour son rover martien. Toutes ces propositions font référence à des figures mythologiques chinoises, à des concepts confucéens et à des animaux légendaires. Les juges délibéreront ensuite et annonceront un nom définitif quelque temps avant le débarquement du rover sur la surface martienne.

Le rover rejoindra un autre véhicule, Perseverance. Le rover américain – le plus lourd et le plus sophistiqué jamais envoyé sur Mars – tentera son atterrissage quelques semaines plus tôt (le 18 février) dans le cratère Jezero.