in

Antarctique : le plus grand iceberg du monde est à la dérive

iceberg A23a
Crédits : British Antarctic Survey / X

Il y a peu, des scientifiques britanniques ont lancé l’alerte concernant un iceberg dans l’Antarctique. Cet iceberg, le plus imposant et le plus ancien au monde, est actuellement en mouvement et se dirige vers l’océan Austral. Or, cet énorme bloc de glace n’avait pas bougé depuis environ trente ans.

Un bloc aussi grand que trois fois New York

En ce moment, l’Antarctique se trouve à un niveau historiquement bas, ce qui pourrait présager un effondrement global de la glace, selon certains scientifiques. Une nouvelle, relayée par l’agence de presse Reuters dans un article du 25 novembre 2023, vient alimenter davantage cette inquiétude. Le plus grand iceberg du monde baptisé A23a est en effet en mouvement, du jamais vu depuis trois décennies. En 1986, ce bloc qui abritait à l’époque une station de recherche soviétique s’était détaché de plateforme de glace Filchner-Ronne (Antarctique occidental). Toutefois, sa base s’était coincée au fond de la mer de Weddel, l’empêchant de prendre le large jusqu’à aujourd’hui.

Des chercheurs du British Antarctic Survey ont rappelé que la taille de l’iceberg est incroyable. Il couvre une surface de 4 000 km², soit environ trois fois celle de la ville de New York. Par ailleurs, le monstre a une masse de près d’un milliard de tonnes. En ce moment, l’iceberg dérive très rapidement au-delà de la pointe nord de la péninsule antarctique, poussé par les courants et vents violents de la zone.

Un risque important pour la faune

Pour les chercheurs, il est très rare de voir un iceberg de cette taille en mouvement. Sa surveillance va donc rester accrue. Ce mastodonte devrait maintenant se diriger vers ce que l’on nomme l' »allée des icebergs », une zone de l’océan Austral dans laquelle d’autres bloc du même type ont été observés avant de sombrer dans les eaux.

Toutefois, le bloc pourrait également se retrouver bloqué au niveau de l’île de Géorgie du Sud, un territoire britannique d’outre-mer. Malheureusement, une telle situation pourrait mettre en danger la faune de l’Antarctique. Il faut dire que des millions d’animaux (des oiseaux marins, des manchots et des phoques) se nourrissent et se reproduisent dans les eaux environnantes. On y retrouve aussi 5 millions d’otaries à fourrure antarctique (ce qui représente pas moins de 95 % de la population mondiale) et 400 000 éléphants de mer du sud (la moitié des effectifs mondiaux).

Enfin, les scientifiques ont tenté d’expliquer les raisons de cette dérive. Il est fort possible que l’iceberg A23a ait commencé à dériver suite à un « éclaircissement » qui lui aurait permis de gagner légèrement en flottabilité, avant de finalement se décrocher du fond de la mer.