in

Antarctique : une immense crevasse menace la calotte polaire

Crédits : NASA - Nathan Kurtz

Une gigantesque crevasse a éventré l’ouest de l’Antarctique. Selon les scientifiques en charge de son observation, cette formation est un mauvais signe pour le futur de la calotte polaire puisque d’importants effondrements pourraient survenir.

Un énorme iceberg s’était détaché de l’île de Pin durant l’été 2015, en Antarctique occidental. La raison de ce détachement important a enfin été trouvée par une équipe de chercheurs de l’Université de l’Ohio (États-Unis). De plus, les scientifiques ont voulu expliquer les causes de l’immense crevasse présente dans la zone et ce que cette dernière laisse présager pour le futur. Leurs résultats ont été publiés dans la revue Geophysiphical Research le 28 novembre 2016.

Les chercheurs indiquent que la crevasse profonde a été formée par les eaux réchauffées en provenance de l’océan. Celle-ci mesure 32 km de long et le glacier de l’île de Pin a été fendu par cette dernière l’an dernier, tandis que l’iceberg qui s’était détaché avait une surface de 360 km². Du jamais vu !

Les scientifiques américains estiment que ces événements laissent penser au pire pour la suite puisque d’autres crevasses pourraient apparaître et avec elles, d’autres détachements d’icebergs. Il semble que nous soyons clairement dans un cercle vicieux puisque l’eau réchauffée (réchauffement climatique) crée les fissures en question qui vont entraîner a terme l’effondrement de la calotte polaire de l’inlandsis Ouest-Antarctique. La conséquence ultime est une montée globale et spectaculaire du niveau des eaux en entraînant notamment de nombreuses inondations partout dans le monde.

« La question n’est maintenant plus de savoir si la calotte glaciaire de l’Antarctique va fondre, mais quand. », expliquait Ian Howat, directeur de l’étude américaine dans un communiqué.

Une seconde étude publiée en mars 2016 dans la revue Nature prévoit une augmentation d’un mètre du niveau des eaux à l’horizon 2100 justement en cas d’effondrement de la calotte polaire. D’autres études encore moins optimistes annoncent une élévation de 2 mètres, ce qui ferait pratiquement disparaître des villes comme Miami et New York (États-Unis) ou encore Dacca (Bangladesh) et Manille (Philippines).

Il faut donc se préparer au pire puisque les scientifiques s’inquiètent surtout du fait que la gigantesque crevasse qui s’est formée est apparue au milieu de la calotte polaire, justement l’endroit où celle-ci est habituellement le plus solide. Un courant d’eau réchauffée se serait infiltré dans une vallée glaciaire, et ce qui laisse peu de place à l’optimisme, c’est que dans cette zone de l’Antarctique, les vallées glaciaires sont nombreuses (voir document ci-dessous).

(Crédit image : Geophysiphical Research)
(Crédit image : Geophysiphical Research)

Sources : MashableKonbini