in

Antarctique : l’océan Austral cartographié dans les moindres détails

Crédits : Dorschel et al., Scientific Data, 2022

Les scientifiques ont publié une carte montrant le fond de l’océan Austral avec des détails sans précédent. Ces nouvelles images, révélant des canyons, crêtes et autres montagnes, ont été générées à partir de données sonar collectées la plupart du temps par des brise-glaces. Cette nouvelle carte intègre le projet Seabed 2030 de la General Bathymetric Chart of the Oceans (GEBCO) qui vise à cartographier l’ensemble des fonds marins d’ici 2030.

Les caractéristiques du plancher océanique aident à déterminer comment les masses d’eau se déplacent et affectent notre climat. La biodiversité est également influencée par ces reliefs, d’où l’importance d’appréhender la topographie des fonds marins aussi précisément que possible. Aujourd’hui, direction l’Antarctique. Un groupe international de chercheurs dirigé par l’Institut Alfred Wegener a en effet récemment présenté la meilleure et la plus détaillée des cartes des fonds marins de l’océan Austral.

Une pièce maîtresse

Connu pour ses tempêtes cycloniques et ses profondeurs abyssales, l’océan Austral joue un rôle déterminant dans le système terrestre.

Le courant circumpolaire antarctique, entraîné par de puissants vents d’ouest y représente l’élément clé de la circulation thermohaline à l’échelle mondiale, influençant les courants océaniques dans les océans Pacifique, Atlantique et Indien. De plus, ses eaux froides absorbent d’énormes quantités de CO2 et de chaleur de l’atmosphère, permettant ainsi de gagner un temps précieux dans la lutte contre le changement climatique.

Enfin, nous savons que ces eaux se caractérisent par une grande productivité biologique et abritent une diversité unique d’espèces.

Une carte ultra précise

Malgré son importance, les fonds marins de l’océan Austral étaient jusqu’à présent sous-étudiés. Pour avoir une vue beaucoup plus claire de ce qui se passe « en dessous », les chercheurs doivent s’appuyer sur des méthodes embarquées. Si elles couvrent de larges zones, les données satellitaires n’offrent en effet pas le niveau de résolution nécessaire pour un tel travail.

Dans le cadre de cet effort de recherche en cours depuis 2013, les navires et autres bateaux équipés de brise-glace ont été encouragés à allumer régulièrement leurs appareils sonar pour obtenir des mesures de profondeur (bathymétriques) lorsqu’ils faisaient la navette entre le continent blanc et des pays comme le Chili, l’Afrique du Sud et la Tasmanie.

antarctique
Un gros plan des structures du fond marin. Crédits : Dorschel et coll., Scientific Data 2022
antarctique
Les pistes empruntées par les navires d’arpentage. Les mesures satellites à basse résolution doivent remplir le reste. Crédits : IBCSOV2/AWI/NIPPON FOUNDATION/SEABED2030

Cette nouvelle carte couvre désormais environ 23% de cet océan, soit environ 48 millions de km2. Il y a neuf ans, on était à moins de 17%. La carte détaille également pour la première fois le nouveau point le plus profond de l’océan Austral. Il s’agit d’une dépression située à 7 432 mètres sous la surface, appelée Factorian Deep.