in

Antarctique : découverte d’une météorite de plus de 7 kg

météorite Antarctique
Crédit : Maria Valdes

Une équipe de scientifiques a récemment affronté les conditions difficiles de l’Antarctique dans le but de récupérer cinq nouvelles météorites. L’une d’elles pèse près de huit kilos.

L’Antarctique est une terre inhospitalière pour des raisons évidentes. Malgré tout, c’est l’un des meilleurs endroits au monde pour chasser les météorites. En effet, le climat sec de la région limite le degré d’altération subi par les météorites. Or, plus une météorite est « vierge » (non altérée par l’environnement terrestre), plus elle est intéressante, car elle nous permet d’en savoir davantage sur notre système solaire vieux de plusieurs milliards d’années.

Par ailleurs, ces roches particulièrement sombres se démarquent nettement du paysage immaculé de l’Antarctique. Elles sont donc plus visibles. Même lorsque les météorites s’enfoncent dans la glace, le mouvement de barattage des glaciers contre la roche sous-jacente expose à nouveau les roches près de la surface.

Près de huit kilos

Environ 45 000 météorites ont été récupérées à ce jour dans la région, mais sur cet échantillon, seules quelques dizaines pèsent plusieurs kilos, d’où l’intérêt de cette nouvelle découverte. Sur les cinq roches nouvellement rapportées, l’une d’elles pèse en effet 7,6 kilos.

« La taille n’a pas nécessairement d’importance lorsqu’il s’agit de météorites. Même de minuscules roches peuvent être incroyablement précieuses sur le plan scientifique. Cependant, bien sûr, trouver une grosse météorite comme celle-ci est rare et vraiment excitant« , explique Maria Valdes, chercheuse au Field Museum et à l’Université de Chicago, dans un communiqué.

L’équipe, dirigée par Vinciane Debaille, planétologue à l’Université libre de Bruxelles, explorait de nouveaux sites potentiels de météores cartographiés à l’aide d’images satellites. Les chercheurs ont planifié leur excursion fin décembre (été en Antarctique), tandis que les températures oscillaient dans la région autour des -10°C.

Ces cinq nouvelles météorites seront désormais analysées à l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique. Les membres de l’équipe diviseront et étudieront également individuellement des échantillons de sédiments collectés sur place.

météorite Antarctique
Les chercheurs avec la météorite. Casque blanc : Maria Schönbächler. Casque vert : Maria Valdes. Casque noir : Ryoga Maeda. Casque orange : Vinciane Debaille. Crédits : Maria Valdes.

Si cette nouvelle météorite en impose, ce n’est toutefois pas la plus massive jamais récupérée. Ce record est détenu par la météorite Hoba. Celle-ci mesure 2,7 mètres de long et pesait environ 66 tonnes au moment de découverte en Namibie au début des années 1920. Depuis, l’érosion, les prélèvements scientifiques et le vandalisme ont réduit sa masse à environ 60 tonnes. C’est également le plus gros bloc naturel de fer connu à la surface de la Terre.

Brice Louvet

Rédigé par Brice Louvet

Brice est un journaliste passionné de sciences. Ses domaines favoris : l'espace et la paléontologie. Il collabore avec Sciencepost depuis près d'une décennie, partageant avec vous les nouvelles découvertes et les dossiers les plus intéressants.