in

Une super-terre découverte autour de l’une des plus anciennes étoiles de la galaxie

Crédits : Observatoire WM Keck / Adam Makarenko

Une équipe d’astronomes annonce la découverte d’une planète “super-Terre” rocheuse évoluant autour de l’une des plus anciennes étoiles de la Voie lactée. En revanche, les chances qu’elle soit habitée sont quasi nulles.

Pour appréhender pleinement les processus de formation et d’évolution planétaires, les chercheurs doivent observer et caractériser un maximum de mondes, des plus jeunes aux plus anciens. En ce sens, des progrès ont été réalisés au cours de ces dernières années grâce aux chasseurs d’exoplanètes.

Il y a quelques mois, par exemple, des observations faites avec le Very Large Telescope (VLT), au Chili, ont permis d’apprécier la naissance d’un nouveau système planétaire à 520 années-lumière de la Terre. Plus récemment, des astronomes s’appuyant sur le satellite TESS de la NASA, et l’observatoire WM Keck à Hawaï, ont identifié une planète “à l’autre bout du chemin”.

Au moins 10 milliards d’années

Vous retrouverez ce monde, baptisé TOI-561b, à environ 280 années-lumière. Il s’agit d’une “super-terre” rocheuse environ 50 % plus grande et trois fois plus massive que notre planète. Étonnamment, les chercheurs ont également découvert que la densité du TOI-561b était similaire à celle de la Terre, ce qui laisse à penser que cette planète est incroyablement ancienne.

Des éléments lourds tels que le fer et le magnésium sont en effet fabriqués par des réactions de fusion en cours dans le cœur d’étoiles massives. Leur abondance s’est donc accumulée au fil du temps, au rythme des explosions d’étoiles qui ont ensemencé l’Univers de leurs éléments. Ici, la faible densité de TOI-561b comparée à sa taille suggère qu’elle contient relativement peu d’éléments lourds, d’où son apparente ancienneté. D’après les auteurs, ce monde s’est probablement formé il y a environ 10 milliards d’années.

Ces soupçons sont également confirmés par la présence de son hôte située dans le disque épais galactique, qui abrite une population rare d’étoiles ayant nettement moins d’éléments lourds que les étoiles typiques de la Voie lactée. Autrement dit, TOI-561b est l’une des plus anciennes planètes rocheuses jamais découvertes, évoluant autour de l’une des plus anciennes étoiles de la galaxie. «Son existence montre que l’Univers a formé des planètes rocheuses très tôt au cours de son histoire», note Lauren Weiss, de l’Université d’Hawaï et principale auteure de l’étude.

planète super-terre
Représentation artistique de l’un des systèmes planétaires les plus anciens et les plus pauvres en métaux découverts à ce jour. Crédits : Observatoire WM Keck/Adam Makarenko)

Trop chaude pour accueillir la vie

Autre point intéressant : TOI-561b évolue très près de son étoile, clôturant un tour de cette dernière en à peine douze heures. Vous l’aurez compris, une année sur cette planète équivaut à une demi-journée ici sur Terre. En conséquence, ce monde affiche une température de surface moyenne de plus de 1726 degrés Celsius, ce qui paraît naturellement beaucoup trop chaud pour accueillir toute forme de vie telle que nous la connaissons, souligne également l’Université de Californie à Riverside, qui a participé aux recherches.

Enfin, les chercheurs signalent également la présence de deux autres planètes connues en plus de TOI-561b. En revanche, ces deux autres planètes sont trop grandes et pas assez denses pour être rocheuses. Autrement dit, ce sont des géantes de gaz, à l’instar de Saturne ou Jupiter. Vous retrouverez les détails de ces travaux dans The Astronomical Journal.