in

Une ancienne rivière de Jordanie polluée par l’homme il y a 7 000 ans

Crédits : Barqa Landscape Project/University of Waterloo

C’est probablement le premier cas de rivière polluée par l’Homme. Une étude réalisée par une équipe d’archéologues canadiens nous apprend qu’une rivière aujourd’hui disparue en Jordanie aurait été polluée par le cuivre il y a 7 000 ans.

C’est dans la région de Wadi Faynan, au sud de la Jordanie, qu’une ancienne rivière aurait été polluée par le cuivre il y a 7 000 ans. Celle-ci pourrait être le premier cas connu de rivière polluée par l’Homme comme nous l’apprend une équipe d’archéologues de l’Université de Waterloo, au Canada. Ces scientifiques étudient cette région depuis plus de 25 ans pour en savoir plus sur un tournant de l’Histoire : les origines de la métallurgie ou le moment où l’Homme est passé de la fabrication d’outils en pierre à la fabrication d’outils en métal. « Cette région est connue pour être l’un des principaux sites du Moyen-Orient où le cuivre produit peut être facilement exploité », explique Russell Adams, en charge de l’étude, à la revue LiveScience.

La production de cuivre dans cette région a commencé au cours du Chalcolithique (âge de cuivre) qui a eu lieu entre environ 5000 et 3200 avant J.-C. dans cette région. Il s’agit d’une période transitoire située entre la fin du Néolithique et le début de l’Âge de bronze. « Ces populations ont expérimenté le feu, expérimenté la poterie et expérimenté les minerais de cuivre, et tous trois font partie de la production précoce de métaux de cuivre à partir des minerais », déclare Russell Adams dans un communiqué. « L’innovation technologique et la diffusion de l’adoption et de l’utilisation des métaux dans la société marquent le début du monde moderne ».

Les processus de production de cuivre ont pris énormément de temps et de main d’œuvre. Ainsi, il a fallu des milliers d’années avant qu’il ne devienne un élément central des sociétés humaines. « Cette région abrite la première révolution industrielle mondiale. Ce fut vraiment le centre de la technologie innovante » ajoute Russell Adams.

Ces archéologues se sont intéressés aux effets à long terme de la production de cuivre sur l’environnement de cette région. Leurs analyses suggèrent la pollution d’un cours d’eau aujourd’hui disparu a commencé il y a 7 000 ans. « C’est pour le moment le premier exemple connu de pollution dû à l’activité humaine ». Les scories provenant de la production de cuivre contiennent des métaux tels que le cuivre, le plomb, le zinc, le cadmium et même de l’arsenic, du mercure et du thallium.

Selon Russell Adams, l’exploitation minière et la production de cuivre pendant des millénaires ont probablement conduit à des problèmes de santé répandus dans la région comme l’infertilité, des malformations des nouveau-nés ou encore des décès prématurés. « L’analyse des ossements humains retrouvés dans la région a montré la présence de niveaux malsains de métaux chez des personnes pas forcément impliquées dans l’exploitation minière. Il y avait clairement une absorption de la pollution environnementale dans la chaîne alimentaire ».

Avatar

Rédigé par David Louvet-Rossi