in

Amérique du Nord : quelle contribution du changement climatique à la chaleur meurtrière de fin juin ?

Image d'illustration. Crédits : pxfuel.

Alors qu’un nouvel épisode de chaleur affecte l’ouest de l’Amérique du Nord, une équipe de chercheurs a récemment évalué dans quelle mesure le changement climatique avait contribué à l’exceptionnel pic caniculaire de fin juin. Les résultats ont été publiés par le World Weather Attribution le 7 juillet dernier.

Du 27 au 30 juin 2021, le thermomètre s’est envolé à des niveaux jamais atteints entre le nord-ouest états-unien et le grand Ouest canadien. De très nombreux records de chaleur ont été battus, dont celui de la température la plus élevée jamais mesurée au Canada. En effet, un sidérant 49,6 °C a été atteint dans le village de Lytton (Colombie-Britannique), un jour avant que celui-ci ne soit malheureusement dévasté par les incendies. Aussi, c’est véritablement l’intensité de l’épisode qui cristallise sa dimension historique, d’autant qu’il s’est développé remarquablement tôt dans la saison.

Vague de chaleur meurtrière de juin 2021 : un évènement rare aggravé par le réchauffement global

En recoupant les séries observationnelles des différentes stations météorologiques de la région avec des simulations climatiques, les scientifiques sont arrivés à la conclusion que l’évènement était virtuellement impossible dans un monde non perturbé par les activités humaines. On entend par là une probabilité de survenue si faible qu’on peut la considérer comme équivalente à zéro d’un point de vue pratique. Néanmoins, même dans le climat actuel réchauffé de 1,2 °C depuis le début de la révolution industrielle, le risque d’observer de telles températures dans la région est estimé à seulement 1 tous les 1000 ans. Notons qu’au vu de la rareté de la situation, l’estimation est associée à une marge d’incertitude non négligeable.

vague de chaleur
Température du sol – à ne pas comparer aux mesures météorologiques à 2 mètres – telle qu’observée par satellite le 29 juin dernier. De nombreux feux de forêts se sont déclenchés dans la zone en raison des fortes chaleurs et de la sécheresse des sols. Crédits : ESA/Copernicus.

De fait, si le réchauffement climatique a intensifié l’épisode d’environ 2 °C et multiplié sa probabilité de survenue par plus de 150, l’explication de cet outlier climatologique fait également intervenir une dimension météorologique très spécifique que l’on pourrait considérer comme l’équivalent atmosphérique d’une vague scélérate. « L’équivalent statistique d’une très mauvaise chance, bien qu’aggravé par le changement climatique », note à ce titre le World Weather Attribution. Il est également possible que le réchauffement global amène de fortes non-linéarités qui concentrent soudainement le surplus de chaleur dans les extrêmes chauds. Toutefois, l’idée n’est pas vraiment appuyée par les modèles de climat et la première hypothèse est privilégiée en attendant que des recherches plus précises sur le sujet soient travaillées.

Un avertissement fort pour l’avenir proche

Avec un monde à +2 °C, lequel surviendrait aux alentours de 2040 au rythme actuel, les chercheurs indiquent que l’évènement gagnerait encore 1 °C supplémentaire et se produirait avec une fréquence beaucoup plus élevée, de l’ordre de 1 tous les 10 ans. Enfin, notons qu’en touchant un domaine géographique aux populations nombreuses et mal préparées à ce type d’extrêmes, les conséquences sanitaires et environnementales se sont rapidement fait sentir. Si la surmortalité est pour l’heure estimée à plusieurs centaines de personnes, le chiffre réel se compte plus vraisemblablement en milliers.

« Notre climat qui se réchauffe rapidement nous amène dans un territoire inconnu, avec des conséquences importantes pour la santé, le bien-être et les moyens de subsistance », avertit le World Weather Attribution. « L’adaptation et l’atténuation sont nécessaires de toute urgence pour préparer les sociétés à un avenir très différent. Les mesures d’adaptation doivent être beaucoup plus ambitieuses et tenir compte du risque croissant de vagues de chaleur dans le monde, y compris de surprises telles que cet extrême inattendu ».