in

Un américain couronne sa fille et revendique un territoire en Afrique !

Crédits : tpsdave / Pixabay

Jeremiah Heaton, père de famille américain, revendique aujourd’hui le territoire de Bir Tawil après avoir fait une promesse à sa fille voulant devenir princesse. Un bout de désert en Afrique n’appartenant juridiquement à aucun état pour lequel cet homme sollicite aujourd’hui l’Union africaine afin d’obtenir une reconnaissance par la communauté internationale.

À la recherche d’un royaume

Voici les mots de Jeremiah Heaton sur sa page Facebook : « Un jour, Emily m’a demandé, “Papa, est-ce que je serai une vraie princesse un jour ?” Ce dernier ayant répondu favorablement sans hésiter, aurait pris la question très à cœur au point de rechercher activement un territoire échappant à toute juridiction.

Le père de cette famille originaire de l’état de Virginie aurait donc jeté son dévolu sur le Bir Tawil, un territoire de 2060 km2 situé en Afrique entre l’Égypte et le Soudan. Le Bir Tawil est qualifié de ‘Terra nullius’, terme latin signifiant ‘territoire sans maître’, c’est à dire n’étant revendiqué par aucun état. Le seul autre territoire dans le monde à être dans la même situation juridique est la Terre Marie Byrd, un territoire de 1 610 000 km2 situé dans l’Antarctique.

Le Bir Tawil lié à des tensions géopolitiques

Le destin du Bir Tawil était jusqu’ alors lié au Triangle de Hala’ib, région frontalière revendiquée par le Soudan, actuellement administrée par l’Égypte depuis l’an 2000. Le Royaume-Uni établi en 1899 la frontière nord du Soudan anglo-égyptien sur le 22e parallèle nord, plaçant tout d’abord le Triangle de Hala’ib sous autorité égyptienne et le Bir Tawil sous contrôle soudanais. Une frontière qui sera rectifiée en 1902, inversant le processus, puisque les tribus du triangle sont basées au Soudan.

Un contentieux apparait en 1992 entre les deux pays lorsque le Soudan donne une autorisation à une compagnie pétrolière canadienne dans les eaux situées au large de Hala’ib dans la mer Rouge. L’Égypte reprend alors le triangle en 2000. La frontière de 1902 est actuellement revendiquée par le Soudan qui souhaite redevenir souverain du triangle. Les deux pays portent un grand intérêt à cette région, mais se soucient très peu du Bir Tawil, dix fois plus petit et ne bénéficiant d’aucun accès à la mer qui resta non revendiqué jusqu’aujourd’hui.

Une promesse concrétisée en attente de validation

‘Je vous demande de bien vouloir vous adresser à Emily en utilisant son titre officiel, princesse Emily’ déclare le père au Bristol Herald Courier. L’intéressée récemment couronnée pense que ‘c’est cool’ d’être une princesse.

Une expédition autorisée par le gouvernement égyptien voit donc Jeremiah Heaton planter sur le Bir Tawil un drapeau spécialement conçu par ses enfants. Ce 16 juin 2014, le ‘Royaume du Nord-Soudan’ est alors né à l’occasion du 7e anniversaire de la petite fille.

Jeremiah Heaton désire avoir le soutien de l’Union Africaine, organisation continentale créée en 2002 et rassemblant 54 états. Il voudrait que son royaume puisse adhérer à l’organisation. Il indique que de nombreuses terres furent par le passé revendiquées par la simple érection d’un drapeau. Avant toute autre chose, cette revendication doit recevoir l’approbation de l’Égypte et du Soudan.

‘Nous avons discuté de ce que nous pourrions faire, en tant que nation, pour aider’. La petite Emily souhaiterait que tous les enfants de la région puissent manger à leur faim, ainsi Jeremiah Heaton et sa fille voudraient occuper le territoire à l’agriculture.

Sources : BBCFrance TV InfoCameroon VoiceBristol Herald Courier